Jet d'eau de Genève illuminé en rouge mardi en signe de solidarité

Redaction

Ats , 16 Juillet 2007

Le jet d'eau de Genève sera illuminé en rouge mardi pour attirer l'attention sur les souffrances des populations du Darfour, à l'occasion de la journée de la justice internationale. La ville de Genève répond à une demande de l'association TRIAL.

Pour son maire Patrice Mugny, «l'illumination de cet important symbole de Genève, capitale des droits humains, est un geste fort pour marquer les consciences». Le symbole le plus connu de Genève revêtira la couleur du sang qui coule encore au Darfour durant quelques heures.
«Cette action doit permettre de briser le silence autour du drame du Darfour. Il est à espérer que d'autres grandes villes européennes entreprendront des actions similaires, a ajouté M. Mugny lors d'une conférence de presse lundi à Genève, selon le communiqué de TRIAL (Track Impunity Always - association suisse contre l'impunité).

Respect du droit

«Le respect du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité par le Soudan est impératif», a affirmé pour sa part Mahor Chiche, président de l'association Sauver le Darfour, également associé à cette action.
«Les bombardements de l'armée soudanaise sur le Darfour ont tout récemment repris», a relevé M. Chiche. Pour lui, «il faut mettre en vigueur une zone d'interdiction de vol au-dessus de cette province». «Le travail de la justice internationale doit également être renforcé», a-t-il estimé.

Comité des droits de l'homme

TRIAL, qui lutte contre l'impunité des auteurs de crimes internationaux, s'est adressé dans cette optique au Comité des droits de l'homme de l'ONU.
L'association a déposé un mémorandum juridique priant le comité d'ordonner au Soudan de coopérer avec la Cour pénale internationale (CPI). Les recommandations du comité sont attendues avant la fin juillet.

Informer les victimes

«L'impunité est aujourd'hui la règle», a constaté Philip Grant, président de TRIAL: «Certes, la CPI a lancé deux mandats d'arrêt contre des auteurs présumés de crimes au Darfour. Mais l'un d'eux, Ahmad Mohamed Harun, est actuellement le ministre en charge des affaires humanitaires».
TRIAL va entreprendre un travail de sensibilisation à l'attention des victimes du conflit se trouvant en Suisse, afin d'expliquer les possibilités de s'adresser à la CPI. Des poursuites pénales pourraient être lancées en Suisse si des criminels s'y trouvent.