Les jeunes à la rescousse du Darfour

Andre Julia

Ecole Française De Journalisme, 01 Novembre 2006

Que font les jeunes pour le Darfour ?

Ils se mobilisent. Preuve en est avec une toute nouvelle association « Sauver Le Darfour,SLD » qui œuvre pour faire reconnaître le massacre. Rencontre avec Mahor Chiche, président de cette association, jeune élu du 19ème arrondissement de Paris depuis 2001 et militant associatif depuis 14 ans.

300 000 morts, 2.5 millions de personnes déplacées... Voici le drame que vivent les habitants du Darfour depuis 3 ans. Une guerre civile ravage cette province à l’ouest du Soudan grande comme la France et la communauté internationale est impuissante. En effet, malgré un accord de paix signé en mai dernier, le cauchemar continue et la France reste muette.

C’est pourquoi l’association « Sauver le Darfour », créée en août 2006, se mobilise. Son but ? « On veut faire reconnaître le génocide » explique Mahor Chiche, président de l’association. Sa campagne d’affichage conçue gracieusement par Publicis en est la preuve. Leur slogan est évocateur : « Déjà testé au Rwanda, l’indifférence, ça marche aussi au Darfour. 10 000 morts par mois ».

Le Rwanda, génocide médiatisé dans les années 90 est le point de comparaison qu’utilise l’association. « 14 ans après le génocide au Rwanda entre les Tutsi et les Hutu, on se demande encore si c’est un génocide » s’alarme Mahor Chiche. « Nous ne voulons pas d’un deuxième Rwanda » ajoute t’il.

Pour éviter cela, l’association veut faire réagir les décideurs français en créant plusieurs évènements sur l’année 2007. « Notre idée c’est d’organiser un colloque et de convaincre que la France en tant que membre du Conseil de Sécurité de l’ONU à un rôle à jouer au Darfour» explique le président de l’association.

D’autres évènements sont également prévus(...).

« De nombreuses personnalités politiques de droite comme de gauche ont déjà signé notre appel. Arnaud Montebourg, Martine Aubry, Marielle de Sarnay et on est en passe de signer avec l’UMP (...)».

En plus de ses activités pour faire connaître le drame du Darfour, cette toute jeune association ne cesse de s’agrandir. Des comités locaux sont déjà en place dans de nombreuses villes françaises : Avignon, Carpentras, Montpellier, Blois, Toulouse, Dijon, Boulogne-Billancourt, Anthony, Paris, Lyon et Saint Etienne pour les principales.

Le Président de l’association souhaite créer des « Sauver le Darfour » un peu partout en Europe. « Pour que l’Angleterre ne soit plus le seul pays européen à en parler, les européens doivent se mobiliser » conclut Mahor Chiche.