Darfour : "Sauver le Darfour" se félicite de la décision de la Cour pénale internationale (CPI)

Redaction

Streetreporters, 01 Avril 2009


Le président soudanais, Omar el-Béchir ne peut plus sortir de son pays. La CPI a en effet délivré un mandat d’arrêt international contre le chef d’Etat pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité concernant les massacres du Darfour, sans toutefois retenir le chef d’accusation de génocide. Dans un communiqué de presse l’association Sauver Le Darfour « se félicite de la décision de la Cour Pénale Internationale de poursuivre le Président soudanais Omar El BECHIR des crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis au Darfour. Six ans après le début des massacres 300000 morts et 2.2 millions de déplacés, La responsabilité du Président Soudanais, de son armée et de ses milices Janjaweeds est enfin recherchée par la Justice internationale.

Pour Luis Moreno Ocampo (ndlr : procureur général de la CPI), le président soudanais exerce un contrôle absolu, et il est au sommet de la structure de l'Etat qu'il dirige personnellement. C'est bien lui qui dirige les milices janjaweeds et qui a planifié les crimes du Darfour.

Au temps de l’indignation citoyenne succède enfin le temps de la justice. Omar el-Béchir est le quatrième chef d'Etat en exercice à être poursuivi par la justice internationale, après l'ancien président du Liberia Charles Taylor, l’ex-président yougoslave Slobodan Milosevic, et l’ex-président serbe Milan Milutinovic »