Sauver Le Darfour dans le monde

Vibrant appel de Mia Farrow

Radio Canada, 09 Novembre 2007

À Montréal, au deuxième et dernier jour du Sommet du millénaire, l'actrice Mia Farrow a lancé un vibrant appel en faveur du Darfour, aux prises avec des guerres internes.

Elle a affirmé que le Canada et le reste du monde ont abandonné les enfants du Darfour, qui sont les principales victimes de ce conflit, en délaissant son rôle humanitaire traditionnel. Selon elle, le Canada pourrait jouer un rôle de leadership dans ce pays.

Comme plusieurs célébrités vendredi, Mia Farrow a pris la parole au sommet. Parmi les autres, nommons l'acteur Michael Douglas et le Prix Nobel de la paix Desmond Tutu.

Pour sa part, Paul Martin, ancien premier ministre du Canada, a plaidé pour relancer l'Accord de Kelowna. Cette entente, qu'il avait négociée, devait notamment permettre de venir en aide aux jeunes autochtones canadiens.

La plupart de ces personnalités qui ont prononcé des discours lors du sommet n'ont pas été rémunérées. Par contre, elles recevront des dons pour leurs fondations.

Pour améliorer le sort des enfants dans le monde

Présenté les 8 et 9 novembre à Montréal, le Sommet du millénaire a été organisé par Daniel Germain, connu pour avoir fondé le Club des petits-déjeuners du Québec. Son but consiste à attirer l'attention sur le sort des enfants. Il espère répéter l'événement au cours des prochaines années.

Cette rencontre internationale a permis de réunir en un même endroit toutes les personnes qui tentent de trouver des solutions à la pauvreté. Elle s'inscrivait dans un projet de l'ONU qui vise à réaliser les objectifs de développement adoptés par les États membres en l'an 2000 pour améliorer le sort des enfants dans le monde.

Ces « objectifs du millénaire », qui doivent être atteints d'ici l'an 2015, visent à réduire la faim dans le monde, à diminuer la pauvreté extrême de moitié, à freiner l'évolution du sida et à permettre l'accès universel à l'éducation.

Lors de la première journée, jeudi, le sommet s'est concentré sur le sort des jeunes, et plus particulièrement sur celui des victimes de conflits armés et des enfants-soldats. L'ONU évalue à environ 250 000 le nombre de jeunes de moins de 18 ans engagés dans une douzaine de conflits.