Sauver Le Darfour dans le monde

Jacques Wilmart, libre, bientôt rapatrié

Rtl Info Be, 09 Novembre 2007

Le pilote belge Jacques Wilmart, 75 ans, a été remis en liberté ce vendredi à 12h30.Il sera rapatrié vers la Belgique à bord d'un appareil médicalisé de la Défense.

L'avion, un Embraer, devrait quitter la Belgique vendredi dans la soirée le temps de "modifier la configuration de l'appareil" nécessaire pour le rapatriement de Jacques Wilmart. Le retour en Belgique est prévu samedi en soirée.

C'est l'épouse du pilote qui a sollicité ce rapatriement auprès de la Défense, "ceci en raison de son état de santé préoccupant", précise le ministère dans un communiqué.

Jacques Wilmart a été libéré ce vendredi à la suite de la levée du mandat de dépôt (arrêt) délivré contre lui par la justice tchadienne. Le juge d'instruction tchadien chargé du dossier de l'Arche de Zoé a en effet ordonné la mise en liberté des trois Espagnols et du Belge inculpés de "complicité" avec l'association française qui a tenté de transporter 103 enfants du Tchad en France.

Le Belge avait acheminé, depuis la frontière tchado-soudanaise jusqu'à Abéché dans l'est du Tchad, une partie des 103 enfants que l'association française Arche de Zoé comptait emmener en France. Après s'être présenté à la justice locale comme témoin il avait été inculpé puis incarcéré pour "complicité d'enlèvement de mineurs".

Son avocat, Me Jean Scalais, a rappelé vendredi que durant toute l'affaire, Jacques Wilmart, avait toujours fait preuve de bonne foi et qu'il avait "été abusé par l'Arche de Zoé".

Jacques Wilmart victime d'un malaise hier soir

Plus de peur que de mal pour le pilote belge qui était détenu au Tchad dans l'affaire de l'Arche de Zoé. Hier jeudi soir à N'Djamena, Jacques Wilmart a été victime d’un malaise, qui n'est heureusement pas d'origine cardiaque comme il avait d’abord été supposé. Selon les examens qui ont été effectués à l'hôpital français dans lequel il a été transporté, le malaise serait consécutif à la prise de médicaments visant à lutter contre le paludisme, a affirmé vendredi le porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères. En raison de cet état de santé préoccupant, Me Scalais, l'avocat mandaté par le fils de Jacques Wilmart, a rencontré ce vendredi matin les autorités judiciaires tchadiennes afin de demander "l'accélération de la remise en liberté provisoire" du pilote belge. Démarque qui a porté ses fruits.

Cette demande a été effectuée "en tenant compte de son état de santé mais aussi de sa bonne foi". L'avocat, présent au Tchad depuis plusieurs jours, devrait aussi obtenir un nouveau bulletin de santé de son client à 11h00. Selon Me Magnée, le deuxième avocat mandaté par le fils de M. Wilmart, le pilote belge devrait être rapatrié "dès que son état de santé le permettra".

Dédouané plus tôt dans la journée

Jacques Wilmart, âgé de près de 75 ans, avait acheminé, depuis la frontière tchado-soudanaise jusqu'à Abéché dans l'est du Tchad, une partie des 103 enfants que l'association française Arche de Zoé comptait emmener en France. Après s'être présenté à la justice locale comme témoin il avait été inculpé puis incarcéré pour "complicité d'enlèvement de mineurs".

Dimanche, au cours d'une conférence de presse commune avec le président français Nicolas Sarkozy, le président tchadien Idriss Deby Itno avait jugé "préoccupant" le cas du pilote belge, affirmant qu'il allait demander "à la justice de voir ce cas pour que nous n'ayons pas demain entre les mains un cas de conscience".

Jeudi, le président de l'association française L'Arche de Zoé, Eric Breteau, a, selon une source judiciaire, dédouané devant le juge d'instruction le pilote mais aussi six autres personnes encore détenues: trois Espagnols et trois Tchadiens.