Sauver Le Darfour dans le monde

La Chine se place durablement en Afrique

El Watan, 04 Novembre 2007

La Chine, de son côté, autorise depuis le 1er juillet dernier 454 catégories de produits en provenance de 26 pays africains à être commercialisés sur son territoire sans aucune taxe douanière.

La représentation diplomatique de la République de Chine à Alger a dressé hier un premier bilan du sommet de coopération sino-africain qui a eu lieu il y a une année à Beijing. Le premier conseiller de Son Excellence l’ambassadeur, Ling Jun, n’a pas caché sa satisfaction quant au fait que son pays et l’Afrique aient signé l’acte de naissance d’un « nouveau partenariat stratégique ».

Il constate ainsi que la Chine et les pays africains se sont attachés depuis une année à la mise en œuvre des actions de suivi de ce sommet précisant que « d’énormes efforts ont été déployés » de part et d’autre. Concernant la coopération bilatérale avec l’Algérie, le gouvernement chinois, par la voix de ce diplomate, se réjouit qu’au moins huit axes de partenariat ont été concrétisés. C’est ainsi qu’un accord de coopération économique et technique a été signé entre les deux gouvernements et dont les projets « seront finalisés ultérieurement ».

S’agissant des ressources humaines, il a été souligné que plus de 50 fonctionnaires et ingénieurs algériens ont séjourné en Chine dans le cadre de stages et séminaires de formation techniques.Une dizaine d’autres cadres partiront avant la fin de l’année pour d’autres stages. En outre, le diplomate précise que les autorités de son pays ont transmis à leurs homologues algériennes un projet d’édification d’un réseau de stations sismologiques digitales à large bande ainsi que les équipements nécessaires.

Ces stations, a-t-il expliqué, « jouent un rôle important dans la prévention et la surveillance des séismes ».

Il fera savoir également que les travaux dans les réservoirs de captage des eaux de pluie « sont sur le point d’être entamés ». Plus généralement, l’ambassade de Chine tient à souligner le bond qualitatif du partenariat politique avec les différents pays africains.

A titre d’illustration, on souligne que les dirigeants chinois, à leur tête le ministre des Affaires étrangères, ont sillonné plus de 20 pays africains, alors que 90 ministres de pays africains ont fait le chemin inverse. Et pour matérialiser ce mariage sino-africain à tous les niveaux, l’ambassade de Chine cite la nomination en mai dernier, par le gouvernement, d’un représentant spécial pour les affaires africaines. Ce diplomate s’est notamment employé à aider à la recherche d’une solution « heureuse » à la question du Darfour. Au plan économique, il a été noté la création d’un fonds de développement Chine- Afrique opérationnel depuis le mois de juin dernier, qui vise à encourager les entreprises chinoises à investir en Afrique. De son côté, la Chine autorise depuis le 1er juillet dernier 454 catégories de produits en provenance de 26 pays africains à être commercialisés sur son territoire sans aucune taxe douanière. Au total, les échanges commerciaux entre les deux parties ont atteint jusqu’au mois de juillet la bagatelle de 39,3 milliards de dollars US, soit 30% d’augmentation par rapport à l’année dernière.