Sauver Le Darfour dans le monde

Le leader sudiste soudanais se rend en visite aux Etats-Unis

Afp, 04 Novembre 2007

Le leader sudiste soudanais Salva Kiir a annoncé dimanche à Khartoum qu'il se rendrait en visite aux Etats-Unis à partir du 7 novembre et nié tout lien entre ce déplacement et la crise avec le nord.

"Cette visite a été arrêtée depuis longtemps", a déclaré M. Kiir dans une conférence de presse, ajoutant toutefois que la crise politique dans le pays serait évoquée lors de ses entretiens avec les responsables américains.

Un communiqué de son bureau lu à la presse indique que le leader sudiste qui est aussi premier vice-président du Soudan ira aux Etats-Unis à l'invitation de la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice.

Les entretiens vont porter sur l'initiative des sudistes pour une solution pacifique au Darfour, région de l'ouest du Soudan en guerre, l'application de l'accord de paix globale (CPA - entre le nord et le sud), l'aide américaine au développement et l'amélioration des relations bilatérales, selon le texte.

Les Etats-Unis imposent des sanctions économiques au régime de Khartoum qu'ils accusent de "génocide" au Darfour mais aident le gouvernement semi-autonome du sud que dirige M. Kiir.

Concernant la crise entre le nord et le sud, le leader sudiste a confirmé des progrès pour une sortie de la crise provoquée par la suspension le 11 septembre de la participation des ministres sudistes au gouvernement central.

Il a toutefois averti qu'il n'y aurait pas de retour de ces ministres au gouvernement sans solution aux problèmes en suspense notamment celui du statut de la région pétrolière d'Abiye, revendiquée par les deux parties.

Selon lui, le mécanisme mis en place par les deux parties va mettre en oeuvre des décisions sur les questions de délimitation des frontières, de redéploiement des troupes des deux parties et les autres sujets de contentieux.

"J'espère que nous serons en mesure d'annoncer un accord final à notre retour de voyage", a indiqué M. Kiir, en faisant référence à lui même et au président Omar el-Béchir actuellement en visite au Burundi et qui doit se rendre ensuite en Afrique du sud.

Le CPA a mis fin à une guerre de 21 dans le sud qui avait fait 1,5 million de morts et déplacé 4 millions de personnes en épuisant économiquement le nord.

L'ONU et de nombreux pays, dont les Etats-Unis, ont appelé depuis le début de la crise les deux parties soudanaises à aller de l'avant dans l'application de cet accord considéré comme très important pour la stabilité du pays.

Les sudistes ont gelé leur participation au gouvernement pour protester contre ce qu'ils considèrent comme des entraves mises par le Parti du congrès national du président Béchir à l'application du CPA.

Ce parti s'en est défendu, attribuant les retards dans le déploiement des troupes, la délimitation des frontières et autres aux sudistes.