Sauver Le Darfour dans le monde

Darfour: une faction rebelle menace de se retirer du processus de paix

Cyberpresse, 22 Août 2007

Une importante faction rebelle du Darfour a averti mercredi qu'elle allait «réexaminer» sa participation à de futurs pourparlers de paix avec Khartoum, accusant les forces gouvernementales de nouvelles attaques dans la province soudanaise ravagée par la guerre.

«Lundi soir, les forces gouvernementales soudanaises ont attaqué le camp de Kalma (sud du Darfour) avec 35 Land Cruisers et 1500 hommes», a déclaré Nouri Abdalla, un porte-parole d'une faction du Mouvement de libération du Soudan (SLM), l'un des groupes rebelles historiques du Darfour.

«Cinq personnes, dont deux enfants, ont été tuées lors de ce raid, et quelque 40 rebelles ont été arrêtés», a-t-il affirmé à l'AFP par téléphone depuis Kampala.

Ce bilan n'a pas pu être vérifié de source indépendante. Khartoum de son côté a affirmé avoir réagi à Kalma à des attaques rebelles.

M. Abdalla a accusé le gouvernement soudanais de tout faire au Darfour pour «empêcher le déploiement de la force hybride» ONU-Union africaine, acceptée en juillet par Khartoum.

«Si le gouvernement soudanais ne cesse pas de terroriser les civils, il ne peut y avoir de processus politique», a-t-il dit.

Lors d'une rencontre à Arusha (Tanzanie) début août, huit factions rebelles du Darfour, dont celle de M. Abdalla, se sont entendues sur une «plate-forme» commune de revendications en vue de futurs pourparlers de paix avec Khartoum, d'ici trois mois.

«Notre engagement à Arusha était d'accepter la feuille de route Union africaine-ONU pour démarrer le processus politique. Compte tenu de ce que le Soudan fait sur le terrain, nous le réexaminons», a-t-il déclaré.