Sauver Le Darfour dans le monde

L’ONU autorise le déploiement d’une force armée au Darfour

Liberation, 01 Août 2007

26 000 hommes vont être déployés au Darfour, l'ONU ayant voté hier mardi la résolution 1769. Cette force ONU-Union africaine ne devrait pas intervenir avant début 2008.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité, mardi à New-York, le déploiement d’une force ONU-Union africaine au Darfour, théâtre d’un sanglant conflit entre le pouvoir central et des mouvements rebelles depuis 2003. Cette force hybride, baptisée Unamid, sera constituée d’environ 26 000 soldats et policiers.

La résolution 1769, soutenue par la Grande-Bretagne, la Belgique, le Congo, la France, l’Italie, le Pérou et la Slovaquie, autorise la force ONU-UA à prendre «les mesures nécessaires» (signifiant l’usage de la force si elle s’impose) prévues au chapitre VII de la Charte de l’ONU pour protéger son personnel, assurer la sécurité et la liberté de circulation des travailleurs humanitaires, prévenir les attaques et les menaces contre les civils et soutenir la mise en œuvre de l’accord de paix du Darfour.

Les rédacteurs de la résolution ont renoncé à invoquer le chapitre VII pour donner pouvoir à la force mixte d’enquêter sur la présence éventuelle d’armes au Darfour, ce qui serait une violation des résolutions de l’ONU. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne avaient au départ préconisé une ligne très ferme contre le Soudan mais il est vite apparu nécessaire d’adoucir le texte pour obtenir le soutien de certains membres africains du Conseil de sécurité et de la Chine.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a qualifié la résolution d'«historique et sans précédent». Pour l’ambassadeur du Soudan à l’ONU, la résolution adoptée «constitue une amélioration» par rapport aux précédentes moutures et «contient de nombreux éléments positifs». Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a estimé que la résolution «est porteuse d’un très grand espoir» mais «ne doit pas nous inciter à relâcher nos efforts».


Le gros des troupes devrait venir des pays africains, mais la France pourrait fournir des soldats, a déclaré mercredi Bernard Kouchner sur RTL. Le ministère finlandais de la Défense a également évoqué la possibilité d'un groupement tactique, par exemple nordique, qui serait constitué de soldats suédois, finlandais, norvégiens, estoniens et irlandais.


Le déploiement de la force hybride, «pour une période initiale de 12 mois», n’est pas attendu avant le début de l’année prochaine. L’Unamid sera, à ce moment-là, la plus importante mission de paix au monde.