Sauver Le Darfour dans le monde

Darfour: Rice espère voir les propos "responsables" de Pékin suivis d'effet

Aujourd'hui La Chine, 25 Juin 2007

La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a dit espérer lundi à Paris que les propos "responsables" sur le Darfour tenus par la Chine, qui entretient de bonnes relations avec le régime de Khartoum, "seront suivis d'effets".

La Chine "était présente. Elle a commencé à s'exprimer sur la nécessité pour Khartoum de respecter les engagements qui ont été pris", a souligné Mme Rice, interrogée par la chaîne française TF1, à l'issue de la conférence de Paris sur le Darfour, première réunion internationale de ce type en quatre ans de guerre civile.


"La Chine a dit certaines choses, elle a tenu des propos responsables et j'espère qu'ils seront suivis d'effets", a ajouté Mme Rice, selon une traduction de la chaîne en français.

"Je crois vraiment que le gouvernement chinois va faire ce qu'il a annoncé, c'est-à-dire utiliser ses relations pour pousser le gouvernement de Khartoum à aller plus loin, à avancer", a-t-elle poursuivi.

Mme Rice a répété qu'elle n'était pas favorable à un éventuel boycottage des Jeux Olympiques de Pékin pour faire pression sur la Chine. "La Chine est un Etat responsable (...) et je ne pense pas qu'il y ait quoi que ce soit à gagner à empêcher les athlètes du monde entier de se mesurer les uns aux autres", a-t-elle déclaré.

Les grandes puissances, dont la Chine, les Etats-Unis et la France, ont promis lundi lors de la conférence à Paris de redoubler d'efforts pour essayer de mettre fin à la tragédie du Darfour.

Paris et Washington ont aussi mis en garde Khartoum contre toute velléité de bloquer le déploiement prévu dans les prochains mois d'une force de paix de plus de 20.000 hommes dans cette province de l'ouest du Soudan.

La Chine, accusée de complicité avec le Soudan dont elle importe 60% de la production pétrolière, a affirmé lundi vouloir s'engager pour la paix au Darfour. Elle a toutefois affiché des réserves et mis en garde contre toute "menace" et "pression" sur Khartoum qui ne feraient que compliquer une sortie de crise.

Le conflit du Darfour a déjà provoqué au moins la mort de 200.000 personnes et l'exode de deux autres millions, selon les Nations unies, un chiffre contesté par le Soudan qui estime le nombre des victimes à 9.000.