Sauver Le Darfour dans le monde

Des caméras contre les "cavaliers du diable",

Le Monde , 01 Juin 2007

Le Darfour est loin et, surtout, il est peu accessible aux journalistes. C'était l'explication souvent donnée par les chaînes pour expliquer la faible couverture médiatique de cette guerre, qui dure depuis quatre ans. Pas d'images, pas de passage au journal télévisé ! Ce n'est plus le cas cette semaine sur le service public grâce à toute une programmation consacrée à cette province de l'ouest du Soudan où 200 000 personnes ont été tuées et plus de deux millions déplacées depuis 2003.

"Envoyé spécial", sur France 2, consacrait, jeudi 31 mai, deux carnets de route au Darfour. Le premier, dû à Patrice Lorton, commence par une surprise. Ceux qui se combattent à la campagne se côtoient à la ville. C'est aussi l'image que le gouvernement soudanais, qui surveille étroitement les journalistes étrangers, veut que l'on retienne. Mais tout change dès que l'on s'éloigne des villes.

On voit alors des villages calcinés qui ont été ravagés par les janjawids, littéralement les "cavaliers du diable", des miliciens arabes montés à cheval ou à dos de chameau, qui dévastent, avec la complicité du gouvernement central soudanais, les zones rurales peuplées d'ethnies africaines. L'aviation commence par bombarder les villages, puis arrivent ces cavaliers qui incendient, qui pillent, qui violent et qui tuent. Ce n'est pas une guerre de religion, puisque les tribus africaines et arabes sont également musulmanes. En 2003, des rebelles armés ont pris le contrôle d'une partie de la province, réclamant le partage des richesses pétrolières du pays. Le gouvernement a réagi en lançant contre la population civile les janjawids et l'armée régulière. Les villageois fuient et s'entassent dans des camps de réfugiés. La Chine, qui achète du pétrole au Soudan, continue de fournir des armes au gouvernement de Khartoum...

Le second carnet de route, réalisé par Gilles Jacquier, montre l'extension du conflit à un pays voisin, le Tchad. Des villages tchadiens proches de la frontière sont l'objet de raids opérés par les janjawids à partir du Darfour. C'est le même processus. Des hélicoptères attaquent, puis viennent les cavaliers, qui tuent les habitants et incendient leurs maisons. Même les ustensiles de cuisine sont brisés pour décourager toute idée de retour des villageois qui ont pris la fuite. L'armée tchadienne, mal équipée et peu disciplinée, semble incapable de les protéger. Un second Darfour est en train de naître à l'est du Tchad. "Les meurtres continuent et les villages brûlent toujours", explique l'acteur américain George Clooney dans un entretien recueilli à Cannes. "Tout le monde en parle et rien ne se fait", dit-il. La présence des caméras ne peut certainement pas faire de mal.