Sauver Le Darfour dans le monde

L’ONU approuve l’envoi de 23 000 soldats au Darfour

Panapress , 26 Mai 2007

Le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé le déploiement de plus de 23 000 soldats au Darfour, la région de l’ouest du Soudan en proie à une guerre civile depuis quatre ans

Le Conseil a adopté, vendredi, un rapport qui lui a été soumis par le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon. Le rapport préconise "une mise en application immédiate du commandement conjoint ONU/UA pour le maintien de la paix dans la région du Darfour".

"Le Conseil de sécurité note que l’accord entre l’Union africaine et les Nations unies concernant ce rapport conjoint est un fait important dans le cadre de l’approche globale du processus de paix au Darfour" ont indiqué les 15 membres du Conseil, dans un communiqué lu par son président, l’Américain Zalmay Khalilzad.

Le rapport propose deux options de troupes : l’une avec 19 500 hommes, comprenant 18 bataillons d’infanterie, et l’autre de 17 605 soldats avec 15 bataillons d’infanterie.

Il est également prévu une force de police de 3 772 officiers et 2500 agents pour mettre en place une équipe de sécurité locale dans les camps de réfugiés, et du personnel civil de soutien.

M. Ban a remis une copie du rapport conjoint à l’ambassadeur du Soudan accrédité à l’ONU, Abdalmahmood Abdalhaleem, pour obtenir l’approbation de son gouvernement. La nouvelle mission sera la phase finale d’un processus en trois étapes dans le cadre du renforcement de la Mission de paix de l’UA au Darfour (AMIS), en manque de ressources.

Jeudi, l’ONU et l’UA avaient désigné le général nigérian, Martin Agwai comme nouveau commandant de la force hybride, qui sera constituée principalement d’Africains.

La force va aussi surveiller le respect de l’accord de paix sur le Darfour signé en mai 2006 par le gouvernement de khartoum et un groupe rebelle. Les soldats de maintien de la paix seront également chargés de surveiller les frontières du Soudan, du Tchad et de la République centrafricaine.

La guerre au Darfour qui a éclaté en février 2003 aurait fait 200 000 victimes et causé le déplacement de plus de deux millions de personnes. M. Ban Ki-Moon a décrit le Darfour comme "le théâtre de la pire crise humanitaire dans le monde", qui déborde au Tchad et en République centraficaine.