Sauver Le Darfour dans le monde

Les parlementaires africains dénoncent la « diplomatie du mégaphone »

Afp, 11 Mai 2007

Le Parlement pan-africain (Pap) a dénoncé, hier, la "diplomatie du mégaphone" utilisée, selon eux, par la communauté internationale dans le conflit au Darfour.

"Le rôle de la communauté internationale n’a pas été particulièrement lucide au Darfour", estime un rapport du comité sur la résolution des conflits adopté par l’instance consultative de l’Union africaine (Ua), réunie à Midrand (Afrique du Sud).

"Si nous examinons les stratégies et intérêts divergents des principaux acteurs internationaux au Soudan, il ressort que le recours à la diplomatie du mégaphone (...) a restreint la marge de manœuvre" pour des négociations, poursuit le rapport.

La communauté internationale exerce des pressions sur le président soudanais Omar el-Béchir pour qu’il accepte sans tarder une force de maintien de la paix de l’Onu au Darfour. Londres et Washington ont menacé Khartoum de sanctions s’il refusait, sanctions auxquelles s’opposent Pékin et Moscou.

Le conflit qui sévit depuis plus de quatre ans dans la province de l’ouest du Soudan a fait 200.000 morts et deux millions de déplacés, selon l’Onu, des chiffres contestés par le Soudan, qui parle de seulement 9.000 morts. Le rapport adopté par le Pap exprime également "l’extrême inquiétude" des parlementaires africains sur la crise en Somalie et demande à la communauté internationale de "concentrer tous ses efforts diplomatiques" pour un cessez-le-feu et un retrait des troupes éthiopiennes.

Il exhorte les pays du continent à participer à la force africaine de paix en Somalie (Amisom) dans ce pays en guerre civile depuis 1991. L’Ua a décidé fin janvier d’envoyer près de 8.000 soldats de la paix en Somalie. Mais seulement 1.500, tous Ougandais, ont été déployés à Mogadiscio depuis deux mois.