Sauver Le Darfour dans le monde

La Chine souhaite une solution diplomatique au Darfour

Le Point, 10 Avril 2007

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Dai Bingguo a réaffirmé lundi la volonté de son pays de poursuivre les efforts politiques et diplomatiques pour régler la crise au Darfour, lors d'un entretien avec son homologue américain, annonce le ministère.

Dai et le sous-secrétaire d'Etat américain John Negroponte se sont entretenus lundi soir au téléphone de la situation au Darfour, région de l'ouest du Soudan où plus de 200.000 personnes sont mortes et 2,5 millions ont été déplacées en quatre ans, a fait savoir le ministère chinois sur son site internet.

Les Etats-Unis et d'autres puissances occidentales souhaitent l'envoi d'une force de maintien de la paix sous l'égide de l'Onu pour mettre fin aux violences au Darfour, où s'opposent les rebelles et les milices soutenues par le gouvernement soudanais, malgré la présence d'un contingent déployé par l'Union africaine.

Negroponte est attendu prochainement au Soudan, et devrait transmettre un message de fermeté de Washington, qui a menacé Khartoum de nouvelles mesures pour l'inciter à accepter les propositions de la communauté internationale.

L'ancien secrétaire général de l'Onu Kofi Annan avait proposé une force conjointe Onu-Union africaine, également refusée par le président soudanais Omar al-Bachir.

La Chine, qui est le principal client pétrolier du Soudan et a posé son veto aux résolution de l'Onu, fait face à des critiques de plus en plus virulentes de la part des gouvernements occidentaux, pour son soutien au Soudan.

Pékin avait suggéré à Khartoum de se montrer plus flexible sur le projet porté par Kofi Annan, et l'émissaire chinois au Soudan, Zhai Jun, a déclaré dimanche que la Chine souhaitait continuer à jouer un "rôle constructif" au Darfour.

Mais la télévision nationale soudanaise l'a montré lors d'une visite dans des camps de réfugiés, où il a fustigé la pression internationale, qui ne fait rien pour atténuer les souffrances selon lui. "La Chine n'approuve pas les pressions et les sanctions", a-t-il dit selon l'agence officielle Chine nouvelle.