Sauver Le Darfour dans le monde

SUCCES DE LA MOBILISATION POPULAIRE POUR LE DARFOUR

Sld France, 03 Avril 2007

Ce vendredi 30 mars 2007, l’association Sauver Le Darfour (SLD) a tenu une conférence de presse au Sénat (salle Vaugirard). Avec les précieux soutiens de Bernard Henri Lévy, Agnès b, et Marc Lavergne, chercheur au CNRS.

Devant une quarantaine d’auditeurs, Julie Navarro a présenté l’esprit de l’initiative et les parrains de l’opération.

Après avoir fait état de la crise humanitaire (300 000 morts, 2,5 millions de déplacés), elle a expliqué le Pourquoi de l’initiative conjointe Sauver Le Darfour et Pari Roller. « Sans tomber dans le tape à l’œil, ni dans le spectacle, nous avons voulu organiser cette vague bleue qui sillonnera Paris ce soir car nous avons constaté que des images fortes de rassemblement de rue, de mobilisation populaire étaient nécessaires pour sensibiliser l’opinion publique sur ce drame ».
« Par la force de son l’image par la force du collectif, par la force de la rue nous espérons interpeller, interroger les citoyens et politiques sur le rôle que doit jouer la France dans la crise au Darfour.
Les rollers en mouvement, c’est un symbole de liberté, c’est l’élan d’une action porteuse d’espoir. C’est l’optimisme d’une action qui ne se laisse pas anéantir par le pessimisme de l’intelligence ou la fuite devant nos responsabilités de citoyens ».

La parole est donnée au jeune rappeur Rost (Président également de l’association Banlieue active) ; plein de combativité en lui, il a salué l’action de Sauver Le Darfour et dénoncé le silence des médias « on est très peu informé sur les enjeux de la crise ». Il a également regretté l’absence d’action politique pour arrêter les massacres.

Mahor Chiche, Président de Sauver Le Darfour (SLD), a rappelé les objectifs majeurs de Sauver Le Darfour : rompre le silence qui entourait la crise du Darfour : en informant au mieux les Citoyens, en proposant des moyens de sortie de crise et en interpellant les politiques sur l’urgence à Sauver les Darfouris.

Sauver Le Darfour a lancé 3 affiches réalisées par Publicis : une qui interpellent les consciences : « déjà testé au Rwanda l’indifférence ça marche aussi au Darfour », les 2 autres interpellant l’ensemble des candidats à la présidentielle sur ce qu’ils comptent faire pour le Darfour.
Nous avons crée un Site Internet d’information qui a aujourd’hui 3000 connectés jours, un appel qui a réuni 65 000 signataires, produit des Tribunes d’analyse dans la presse et des revues juridiques (comme celle de France terre d’asile ou de l’université de l’Uquam au Canada), et surtout développer 48 comités en France qui relais ce combat (Blois, Boulogne, Evry, Fédération de Paris, Mont de Marsan, Dijon, Grenoble, Lyon, Strasbourg…).
Il a remercié les entrepreneurs, les citoyens et les décideurs politiques qui se sont engagés aux côtés de Sauver Le Darfour. Selon lui, le travail des militants est essentiel car il vise à créer des mobilisations populaires comme celle de ce soir pour faire du Darfour une cause nationale.

Sur la crise en elle même, Sauver Le Darfour a surtout essayé de convaincre que malgré la complexité du conflit : des possibilités d’actions à court, moyen et long terme existent. Que malgré les obstacles inhérents à la vie de la communauté internationale : sur le Darfour l’action est nécessaire et possible.
A titre d’exemple : l’interdiction du survol du Darfour est de l’avis de nombreux experts facilement réalisable et empêcherait les bombardements de l’armée soudanaise…».
Pour se maintenir au pouvoir le régime de Khartoum issue d’un coup d’Etat a besoin de diviser et de s’appuyer sur les miliciens Janjawids. En 1989, le parti du président actuel Omar el-Bechir n’avait recueilli que 10% des voix aux élections.
Si l’ONU a réagit immédiatement en votant six résolutions condamnant ces crimes de guerre, crimes contre l’humanité et viols systématiques ; les menaces de sanctions sont demeurées inefficaces car l’ONU a dès le départ indiqué qu’elle ne ferait rien sans l’accord de Khartoum.

Pour l’association Sauver Le Darfour, l’intervention des 20 000 Casques bleus prévue par la résolution 1706 du 31 août 2006 du Conseil de sécurité de l’ONU serait évidemment souhaitable. Pour autant, elle reste subordonnée à un très improbable accord de Khartoum.
De plus, il faut tenir compte des mises en gardes des ONG humanitaires qui ne souhaitent pas qu'une intervention militaire intempestive ne mette en danger les populations du Darfour, déjà fragilisées.

Mahor Chiche précise, «nous avons rencontré de nombreux acteurs : des réfugiés, des travailleurs humanitaires, des spécialistes militaires, des experts pour voir ce qu’il faudrait faire. Pour nous, c’est la nature même du régime qui est la cause des massacres, et puisque aucune instance internationale n’est capable de protéger les populations du Darfour : il faut qu’un ou plusieurs Etats au nom du principe de responsabilité de protéger intervienne ».
Tony Blair a récemment préconisé à son tour la formation d’une coalition d'Etats volontaires pour obtenir l’arrêt des massacres au Darfour.

Enfin, des extraits du Manifeste de Sauver Le Darfour sont lus : « Le peuple soudanais souhaite le départ de la junte de Khartoum du pouvoir, l’instauration de la démocratie et l’organisation d’élections libres et pluralistes. Ce rêve d’un nouveau Soudan laïc et démocratique est un but à atteindre ».
« Aujourd’hui, La France et l’Europe, de par leur vocation universelle, leur histoire et leur place particulière dans le monde, peuvent relancer les négociations diplomatiques et jouer un rôle de pacificateur dans la crise du Darfour.
Pragmatiques, nous exigeons par delà tout pessimisme ou irresponsabilité, que la France et l’Europe ramènent l’Espoir au Soudan.
Il n’est pas trop tard pour agir et sauver les populations du Darfour, mais il faut une détermination politique sans faille de la Communauté internationale. Il faut un nouvel accord de paix durable sur le Darfour.

Pour cela, nous invitons la France et l’Union Européenne à user de leur influence pour réunir une Conférence internationale sur le Darfour
Cette conférence internationale pourra organiser un front uni de la communauté internationale pour obtenir le ralliement de la Chine à la mobilisation internationale.

Elle entamera un dialogue pour arriver à un accord de paix durable pour les populations du Soudan prévoyant : l’arrêt des exactions, le retour des réfugiés, le partage de la terre et du pouvoir et l’organisation d’élections pluralistes et libres au Soudan.

Cette conférence internationale veillera à superviser les suites concrètes des nouveaux accords signés, et à instaurer les mécanismes de confiance et contrôles indispensables.

En conclusion, Taig Khris - champion du monde de roller – a expliqué sa fierté et son émotion à ce que son sport soit associé à un tel évènement. Pour lui, il était évident que les Rollers sont solidaires des populations du Darfour.


Dans la soirée du vendredi 30 mars, Sauver Le Darfour - en association avec Pari Roller - a organisé une manifestation en soutien aux populations massacrées du Darfour.

Dès 21h00, l'équipe de Sauver Le Darfour s'active sur la place entre la Gare et la Tour Montparnasse, on sort les cartons de T-shirts, de casquettes ainsi que de bérets bleus ; et on les dispatche sur la place.
Petit à petit, les randonneurs s'amassent sur la place, et la distribution de T-shirt Sauver Le Darfour s'intensifie. Chacun est muni de son T-shirt blanc et de sa casquette bleu, pendant que France 2 s'entretient avec des militants, les organisateurs expliquent le déroulement de la soirée. TF1, ITV, France Inter couvrent l’événement, la forme de la manifestation est innovante ; elle montre bien qu’une nouvelle génération militante se mobilise pour le Darfour.

Le départ est prévu pour 21h30, direction Place Vendôme où doit être organisé, allongé, une minute de silence.

Au départ des rollers, plus de 1200 T-shirts et 1000 casquettes ont été distribués, c'est une vague bleue dense et rapide qui s'élance dans Paris, un Paris solidaire avec les Darfouris !

C'est Place Vendôme, devant le Ministère de la Justice, fort de sens, que la banderole bleue SAUVER LE DARFOUR, aux couleurs des missions de l'ONU, est déroulée.


Bérets bleus portés, banderoles au coude, c'est avec une émotion croissante qu'on aperçoit les milliers de rollers remonter l'avenue à toute vitesse. Dès leur arrivée, une dernière distribution de T-shirts et casquettes est organisée, avant que les organisateurs demandent à tous de s'allonger par terre.
Plus de mille personnes se couchent par terre, une quarantaine de militants tiennent la banderole, le décompte commence.


Après 1 minute pleine d’émotion et d'intensité, les gens se relèvent, on applaudit, on se félicite d'avoir réussi à organiser la première manifestation populaire de soutien au Darfour en France.
Quelques minutes encore, et les rollers sont partis.

Cette soirée restera gravé dans nos cœurs, la mobilisation a connu un réel succès et notre revendication de Conférence internationale sur le Darfour est relayée par les citoyens et les médias (les images de la Manif sont passées au 20h00 de TF1) ; c’est bien le point de départ d'une prise de conscience généralisée.


Merci Paris Roller et ses organisateurs efficaces, merci à Kookaï pour les T-shirts et Agnès B.
pour les Casquettes ; merci à toutes les militantes et tous les militants de SLD qui ont été indispensable et bien sûr merci à tous les rollers qui ont montré un soutien sans précédent.