Sauver Le Darfour dans le monde

Darfour: l'UE prête à des sanctions plus sévères contre le Soudan (Merkel)

Le Monde, 25 Mars 2007

La chancelière allemande Angela Merkel, qui préside l'Union européenne, a menacé dimanche le Soudan de "sanctions plus sévères" s'il ne se "pliait pas enfin" aux résolutions de l'ONU pour mettre fin au conflit dans la province du Darfour.

"Nous lançons un appel au président Omar el-Béchir du Soudan pour qu'il se plie enfin aux résolutions de l'ONU. Je le dis sans ambages: nous devons envisager des sanctions plus sévères", a averti Mme Merkel dans son discours sur les 50 ans de l'UE devant les chefs d'Etat et de gouvernement européens réunis à Berlin.

"Songeons, en un jour comme aujourd'hui, aux habitants du Zimbabwe et du Darfour. La souffrance y est insupportable", a déclaré Mme Merkel.

L'UE applique déjà un embargo sur les armes contre Khartoum depuis 2004.

Le Soudan s'oppose à la mise en oeuvre d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui prévoit le déploiement progressif d'une force internationale de 20.000 hommes au Darfour.

Le conflit dans cette province occidentale du Soudan, qui oppose les rebelles issus des populations noires locales à des milices arabes appuyées par l'armée soudanaise, a fait 200.000 morts, essentiellement des civils, et plus de 2 millions de déplacés depuis quatre ans, selon l'ONU.

Samedi, dix intellectuels européens reconnus avaient dénoncé le fait que les dirigeants de l'UE se soucient plus de la célébration du 50e anniversaire du traité de Rome que de la nécessité d'imposer des sanctions plus sévères au Soudan.

"Comment nous Européens, osons-nous célébrer ce week-end, alors que sur le continent à quelques kilomètres au sud du nôtre, les gens les plus sans défense, les plus dépossédés de tout, les plus faibles sont assassinés au Soudan", ont-ils écrit dans une lettre au quotidien britannique The Independent.

Dans son discours dimanche, Mme Merkel a aussi mentionné le Zimbabwe, mais d'un seul mot, sans évoquer directement les intimidations et violences politiques du régime du président Robert Mugabe à l'égard de ses opposants.