Sauver Le Darfour dans le monde

Tchad: L'aide humanitaire des États-Unis aux réfugiés tchadiens et centrafricains

Washington, Dc Departement D'etat, 20 Mars 2007

Les États-Unis continueront d'apporter une aide humanitaire à l'intention des habitants du Tchad et de la République centrafricaine qui sont touchés par le conflit du Darfour (Soudan), a indiqué le sous-secrétaire d'État adjoint aux affaires africaines, M. James Swan, le 20 mars, aux membres de la sous-commission sénatoriale des affaires africaines.

La protection des réfugiés, des personnes déplacées et du personnel des organismes d'aide humanitaire au Tchad et en République centrafricaine constitue une question prioritaire pour les États-Unis, a-t-il dit.


En ouvrant la séance de travaux que la sous-commission a consacrée à l'incidence du conflit du Darfour sur les pays environnants, le président de cette sous-commission, M. Russ Feingold, a déclaré : « Le gouvernement des États-Unis et de nombreux autres pays intéressés, agissant seuls ainsi que dans le cadre de l'ONU et de l'Union africaine, interviennent dans divers domaines - diplomatique, humanitaire, droits de l'homme et aide au développement - et leurs mesures sont en grande partie suscitées par un militantisme efficace au niveau local. »

Il ajouté que l'on observait le transfert de la tactique brutale appliquée au Darfour, et de ses conséquences tragiques, dans l'est du Tchad et en République centrafricaine.

Le débordement de violence du Darfour, a expliqué M. Swan, a obligé des organisations non gouvernementales de réduire de près de 50 % leur personnel au Tchad, ce qui limite leur capacité de fournir certaines prestations, comme des cours, dans les camps de réfugiés et aux personnes déplacées.

Selon des estimations de l'ONU, on compte 230.000 réfugiés soudanais au Tchad, 20.000 réfugiés tchadiens au Darfour et 50.000 réfugiés centrafricains dans le sud du Tchad. Quelque 110.000 personnes sont déplacées dans l'est du Tchad. Sur les quelque 280.000 Centrafricains qui sont déplacés, 212.000 se trouvent dans une autre région de leur pays, 20.000 sont réfugiés au Cameroun et le reste dans le sud du Tchad.

« S'il n'existe pas de preuve irréfutable montrant que les rebelles dans le nord-est de la République centrafricaine jouissent du soutien du gouvernement soudanais, a dit M. Swan, des informations indiquent que ces rebelles lancent leurs attaques depuis le Soudan et qu'ils reçoivent du matériel dans ce pays, ce qui favorise l'instabilité en République centrafricaine. » En outre, des rebelles tchadiens dont les bases sont au Soudan ont traversé le nord de la République centrafricaine pour lancer des attaques contre la capitale du Tchad, N'Djamena, et il est possible qu'ils recommencent dans un avenir proche.

L'aide humanitaire des États-Unis au Tchad pour l'année budgétaire 2006 a compris :

- 4 millions de dollars au titre de l'approvisionnement d'urgence, de produits de secours, de programmes visant à faire face aux pénuries alimentaires, de programmes relatifs à l'alimentation en eau et à l'hygiène publique, d'activités créatrices de revenus et de l'évaluation de l'alimentation des Tchadiens touchés par la présence de réfugiés et de personnes déplacées ;

- 23,8 millions de dollars au titre de l'aide alimentaire d'urgence, en plus des 2,7 millions de dollars destinés à l'aide alimentaire normale, 610.000 dollars pour des émissions de radio à caractère humanitaire et 45 millions de dollars afin d'apporter un soutien aux camps de réfugiés et de personnes déplacées et d'assurer la sécurité dans ces camps.

L'aide humanitaire destinée à la République centrafricaine pendant la même période a compris :

- 565.000 dollars au titre de l'aide alimentaire d'urgence et 350.000 dollars destinés à des programmes en faveur de victimes du conflit à la suite de l'appel du Comité international de la Croix-Rouge ;

- un soutien en matière de gestion judicieuse des forêts et de bonne gouvernance dans le cadre du programme régional centrafricain pour l'environnement. La République centrafricaine reçoit plusieurs centaines de milliers de dollars à ce titre.

Sur le plan militaire, a dit M. Swan, le partenariat entre les États-Unis et le Tchad dans le cadre du Partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme vise à « renforcer les moyens antiterroristes régionaux et la coopération entre les forces de sécurité de la région et également encourager la démocratisation de manière à discréditer l'idéologie terroriste. »

En 2006, le département d'État a consacré au financement de programmes de formation militaire qui ont pour objectif d'encourager la réforme des institutions militaires 342.000 dollars au Tchad et 105.000 dollars en République centrafricaine.

Enfin, l'aide militaire des États-Unis au Tchad a porté sur un programme de déminage qui vient de s'achever et qui était destiné à accroître la superficie des terres arables.