Sauver Le Darfour dans le monde

Darfour: les USA haussent le ton contre le Soudan

Nouvel Observateur, 15 Mars 2007

Après le refus par le gouvernement de Khartoum d'autoriser le déploiement d'une force conjointe ONU-UA de maintien de la paix, Washington menace de prendre des mesures plus sévères..

Les Etats-Unis se sont déclarés mardi 13 mars "extrêmement troublés" par le refus du Soudan d'autoriser le déploiement d'une force conjointe ONU-UA de maintien de la paix au Darfour, menaçant de prendre des mesures plus sévères contre Khartoum.
Le président soudanais Omar el-Béchir avait remis, la semaine dernière, une lettre de 14 pages au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans laquelle il refusait le déploiement d'environ 2.300 Casques bleus pour préparer dans une phase ultérieure l'envoi d'une force "hybride" ONU-Union Africaine (UA) dans la province.
"Nous sommes extrêmement troublés par le fait que cette lettre semble vouloir choisir certains éléments" du projet de l'ONU, a déclaré un porte-parole du département d'Etat, Tom Casey.

La résolution

Une résolution du Conseil de sécurité prévoit le déploiement progressif d'une force conjointe ONU-UA de 20.000 hommes au Darfour. Ce "programme de soutien actif" est destiné à mettre fin aux violences entre les rebelles et des groupes armés pro-gouvernementaux qui ont fait 200.000 victimes et plus de 2 millions de déplacés depuis quatre ans, selon l'ONU.
"Nous continuons à penser que le programme de soutien actif doit être appliqué dès que possible. Il est essentiel pour pour aider l'Union Africaine à remplir ses obligations de maintien de la paix", a ajouté Tom Casey.

Les sanctions possibles

Le porte-parole a précisé que la patience des Etats-Unis et de la communauté était à bout après des mois de procédés dilatoires de la part du Soudan et que des mesures plus sévères risquaient d'être nécessaires. "Si le gouvernement soudanais continue de manoeuvrer pour retarder l'application de l'accord, les Etats-unis et les autres représentants de la communauté internationale vont devoir penser sérieusement à l'adoption de mesures additionnelles pour régler la crise humanitaire au Darfour", a-t-il déclaré. Tom Casey n'a pas donné de précision sur les mesures envisagées, mais des responsables américains ont indiqué dans le passé que les Etats-Unis envisageaient des mesures allant de sanctions politiques et financières contre Khartoum à l'imposition d'une interdiction de survol du Darfour.