Sauver Le Darfour dans le monde

Une étude américaine suggère un lourd bilan des victimes au Darfour

Nouvel Observateur , 21 Janvier 2005

Une étude commanditée par le secrétaire d'Etat américain Colin Powell en juillet et août apporte un nouvel éclairage sur le nombre potentiel de tués dans les violences au Darfour qui, selon un chercheur, pourrait atteindre la barre des 200.000.

L'étude a été menée un mois avant que M. Powell ne qualifie la situation au Darfour, dans l'ouest du Soudan, de génocide. Son analyse se poursuit alors que le Conseil de sécurité des Nations unies attend les résultats d'une enquête séparée sur le conflit.

Lors de l'étude, 1.136 réfugiés qui avaient fui le Darfour ont été interrogés dans des camps de réfugiés au Tchad. Ils ont été choisis de manière à constituer un échantillon représentatif des quelque 200.000 réfugiés du Darfour au Tchad.
Principal enseignement: 61% disent avoir vu un membre de leur famille tué sous leurs yeux dans des violences attribuées aux forces soudanaises ou aux milices arabes (Janjawids) soutenues par Khartoum.

Le professeur Eric Reeves, un spécialiste du conflit, estime que si ce chiffre est valable pour l'ensemble des deux millions de déplacés du Darfour, le nombre de tués pourrait alors atteindre les 200.000. Les experts conviennent en tout cas, au vu de l'étude, que le nombre de tués dans les violences est probablement élevé.

Jusqu'à présent, le bilan le plus repris a été celui de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), estimant que 70.000 personnes sont mortes des effets indirects du conflit, principalement de la maladie et de la faim, sur une période de huit mois en 2004.