Sauver Le Darfour dans le monde

Bill Richardson à l'ONU pour discuter Darfour, Corée du Nord

Le Monde , 08 Février 2007

Le gouverneur du Nouveau Mexique et candidat à la présidence américaine Bill Richardson a indiqué s'être entretenu mercredi avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, de la crise du Darfour et du programme nucléaire nord-coréen.

M. Richardson, qui a lancé le mois dernier les préparatifs d'une candidature à la Maison Blanche en 2008, a visité le Soudan à la demande de la "Coalition Sauvez le Darfour", alliance de plus de 170 groupes religieux et humanitaires qui font campagne pour faire cesser la tragédie dans cette province de l'ouest du Soudan où sévit une guerre civile depuis quatre ans.

Il a indiqué à la presse avoir informé M. Ban sur ce voyage et sur sa rencontre avec le président soudanais Omar el-Béchir.

M. Richardson a estimé que l'ONU, en particulier son envoyé spécial au Darfour Jan Eliasson, était "la plus importante entité" dans les efforts pour rétablir la paix dans la région et remédier à une "crise humanitaire de proportions énormes".

"L'ONU doit être impliquée", a-t-il dit, appelant à faire pression pour obtenir le déploiement, souhaité par la communauté internationale mais pas par le Soudan, d'une force conjointe ONU-Union africaine pour succéder à l'actuelle force de l'UA au Darfour.

Sur la Corée du Nord, M. Richardson qui, comme M. Ban, ex-ministre des affaires étrangères sud-coréen, a l'expérience des tractations avec Pyongyang sur son programme nucléaire, a estimé que la prochaine phase des pourparlers à six était un pas "dans la bonne direction".

Ces discussions à six (Chine, les deux Corée, Etats-Unis, Japon et Russie), qui visent à convaincre Pyongyang de renoncer à son programme nucléaire militaire, doivent reprendre à Pékin jeudi.

M. Richardson a été ambassadeur à l'ONU et secrétaire à l'énergie dans l'administration du président Bill Clinton.

L'an dernier, il a négocié avec succès avec le président Béchir la libération d'un journaliste du Chicago Tribune, Paul Salopek, qui avait été emprisonné au Soudan sous l'accusation d'espionnage.