Sauver Le Darfour dans le monde

HRW appelle l'UA à ne pas donner la présidence de l'organisation au Soudan

Le Monde, 28 Janvier 2007

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) a instamment demandé dimanche aux dirigeants africains qui se réunissent lundi et mardi à Addis Abeba pour le 8e sommet de l'Union africaine (UA) de "rejeter" la présidence du Soudan pour l'UA.

"Les dirigeants africains devraient utiliser le sommet (de l'Union africaine) à Addis Abeba les 29 et 30 janvier pour rejeter la dernière tentative du Soudan de devenir le président de l'Union africaine" pour une année, selon un communiqué de HRW reçu à Addis Abeba.

Ils "doivent prévenir le président soudanais Omar el-Béchir que s'il ne soutient pas immédiatement les efforts de protection au Darfour, alors il devra faire face à des sanctions ciblées", ajoute le texte de l'organisation basée à New York.

"Depuis 2005, le Soudan fait du lobbying pour devenir le président de l'Union africaine, en dépit de records en termes de crimes contre l'humanité et crimes de guerre au Darfour. En janvier 2006, les dirigeants africains avaient (...) donné la présidence au Congo (Brazzaville), mais la présidence doit (désormais) être assumée par un pays d'Afrique de l'Est selon le principe de l'UA de rotation sous-régionale", indique le texte adressé aux pays membres de l'organisation panafricaine.

La question de la désignation du Soudan à la présidence de l'UA avait déjà viré au casse-tête lors du sommet de l'UA en janvier 2006 à Khartoum, et promesse avait été finalement faite au président al-Béchir qu'il prendrait la tête de l'UA en 2007 si la situation s'améliorait au Darfour.

Cette région de l'ouest du Soudan est en proie à une guerre civile qui a fait plus de 200.000 morts et 2 millions de déplacés depuis février 2003.

De leur côté, six organisations non-gouvernementales, dont Oxfam, Save the children et World Vision, ont dénoncé dans un communiqué commun dimanche la détérioration de la situation au Darfour.

"L'énorme réponse humanitaire au Darfour va bientôt être paralysée, à moins que l'Afrique et les dirigeants au sommet de l'UA prennent des actions urgentes (...) contre l'augmentation des violences contre les civils et les travailleurs humanitaires", selon ce texte.

"Le conflit s'éternise depuis trop longtemps et est aujourd'hui bien pire que jamais", a déclaré à l'AFP à Addis Abeba Irungu Houghton, de Oxfam.

"Attendre plus longtemps met des centaines de milliers de vies en danger et pourrait provoquer une interruption totale de la réponse humanitaire", a-t-il prévenu.