Sauver Le Darfour dans le monde

Darfour : Première mobilisation européenne réussie, à Bruxelles, ce 21 janvier 2007

Sld, Sauver Le Darfour Europe, 21 Janvier 2007

A l’appel de plusieurs parlementaires belges (Alain Destexhe (MR), Philipe Mahoux (PS)…), et européens (Monica Frassoni, Gérard Deprez, Alain Lamassoure, Gilles Savary, Marielle de Sarnay…) et d’ONGS, plus de 800 personnes se sont rassemblés ce dimanche 21 janvier 2007 sur le rond-point Schuman à Bruxelles, avant de manifester devant le siège de la Commission européenne.

Après un discours mobilisateur du Sénateur Alain Destexhe (MR), les participants ont fait une chaîne humaine encerclant symboliquement, le Berlaymont, bâtiment de la Commission européenne. Selon le Sénateur, "Monsieur Romano Prodi, Madame Ségolène Royal et monsieur Nicolas Sarkozy ont apporté leurs soutiens à cette initiative" et tous les partis francophones belges se sont mobilisés.

Le mot d’ordre de la mobilisation était : « Après la Bosnie et le Rwanda, nous ne pouvons rester indifférents devant le sort de millions de personnes menacées d'extermination ». Main dans la main, des réfugiés du Darfour, des rescapés des génocides rwandais et bosniaques ont marché aux côtés des militants d’Amnesty International Belgique, d’IBUKA Belgique, et de Sauver Le Darfour (SLD) Europe.
En mémoire des 300 000 victimes 3 minutes de silence ont été respectées ; peu après les militants de Sauver Le Darfour (SLD) ont brandi 3 affiches de leurs campagnes en hommage aux victimes de l’indifférence médiatique, citoyenne, et politique : « déjà testé au Rwanda l’indifférence ça marche aussi au Darfour » !

A 14h30, une délégation de parlementaires a été reçue par le Commissaire européen Louis Michel. Pour résoudre rapidement la crise au Darfour. Les ONG et experts proposent d’augmenter la pression sur le gouvernement soudanais en faisant appliquer les résolutions onusiennes votées, en interdisnat à l'armée soudanaise le survol du Darfour ainsi qu'en gelant les avoirs des membres du gouvernement.

A la veille de la réunion du Conseil de l’Union Européenne quelque chose a changé, le règlement de la crise du Darfour devient une priorité dans l’agenda politique des 27.

A l’approche de l’anniversaire des quatre années de guerre, une solution empreinte de multilatéralisme semble se dessiner : une plus grande implication des Etats européens et de l‘UE.
L'UE, principal soutien financier à la force de l’Union Africaine, aspire à jouer un rôle plus politique et moins financier dans le dénouement de cette crise.