Sauver Le Darfour dans le monde

Condoleezza Rice au Soudan pour la paix

Nouvel Observateur , 23 Juillet 2005

La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, est en visite officielle à Khartoum. Au cœur de sa visite, la situation au Darfour
L a secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, est arrivée jeudi 21 juillet à Khartoum où elle doit exhorter le Soudan et ses voisins à mettre fin rapidement à la guerre civile dans la région du Darfour (ouest) qu'elle a de nouveau qualifié de génocide.

Les entretiens de Condoleezza Rice lors de cette première visite au Soudan, deuxième étape de sa tournée africaine après le Sénégal, interviennent alors que les Etats-Unis s'interrogent sur la capacité de l'Union Africaine (UA) à doubler les effectifs de sa mission au Darfour à plus de 7.700 hommes d'ici septembre.

La secrétaire d'Etat doit rencontrer notamment le président soudanais, Omar Omar al-Béchir et le nouveau vice-président, John Garang, avant de se rendre dans un camp de réfugiés au Darfour pour se rendre compte sur place de la situation décrite par les Nations unies comme la plus grande crise humanitaire mondiale.
Le Darfour est en proie à une guerre civile depuis février 2003. Selon les estimations, le conflit et ses conséquences ont fait entre 180.000 et 300.000 morts et 2,6 millions de déplacés et réfugiés.

- "Une nouvelle ère"

Condoleezza Rice avait déclaré à Dakar qu'elle était prête à célébrer "une nouvelle ère" avec le futur gouvernement intérimaire d'unité nationale qui doit être formé d'ici un mois suite à l'accord de paix signé en janvier dernier.

L'accord signé entre Khartoum et le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM, ex-rebelles sudistes) le 9 janvier a mis fin à 21 ans de guerre civile entre le nord et le sud. La signature le 9 juillet d'une constitution provisoire, a ouvert la voie à une période intérimaire de six ans, au terme de laquelle le sud décidera s'il veut rester au sein d'un Soudan uni.
La secrétaire d'Etat a cependant ajouté qu'elle attendait plus de mouvements décisifs pour mettre fin aux combats au Darfour.

" Nous ne nous fions pas aux paroles, mais aux actions. Nous avons obtenu un début d'aide du gouvernement soudanais, mais pas assez de moyens,", a-t-elle affirmé.

" Les Etats-Unis ne peuvent pas régler la situation tous seuls. Nous avons besoin d'un effort maximum de chacun, y compris de l'UA et du Conseil de sécurité", a-t-elle conclu.