Sauver Le Darfour dans le monde

Darfour, le conflit s'éternise

Rtl.be, 11 Décembre 2006

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU va consacrer mardi une session extraordinaire au Darfour. Le secrétaire général a dû lui-même admonester les membres du Conseil pour qu'ils se décident à consacrer une séance extraordinaire aux violations des droits de l'homme et aux atrocités commises dans cette province de l'ouest du Soudan.

Le conflit a débuté en février 2003. A ce jour, plus de 200.000 personnes ont perdu la vie, quelque 2 millions de Soudanais ont été jetés sur les routes. Il fait tache d'huile dans les régions frontalières du Tchad et de la République Centrafricaine et menace de déstabiliser toute la région. De toutes parts, des voix s'élèvent pour réclamer une intervention de la communauté internationale.
Louise Arbour, Haut commissaire aux droits de l'homme dénonce des atrocités et met en cause directement les autorités soudanaises. "Le gouvernement du Soudan et les milices qui lui sont associées (...) continuent d'être responsables des violations les plus graves des droits de l'homme et du droit humanitaire", affirme Mme Arbour.

L'Union européenne a été la première à relayer au sein du Conseil des droits de l'homme l'appel de Kofi Annan. Mais elle n'attend cependant pas de miracle de cette session extraordinaire. Le Conseil, créé pour remplacer cet organe décrié, est déjà en butte aux critiques, six mois après sa création en juin dernier. Non seulement il est accusé comme la Commission de faire preuve de partialité (cette fois en se focalisant sur le conflit israélo-arabe pour ses trois premières sessions extraordinaires), mais également de vouloir museler les experts indépendants chargés de scruter les violations des droits de l'homme dans des pays comme le Bélarus, Cuba, la Corée du Nord ou encore le Soudan.