Sauver Le Darfour dans le monde

Hu Jintao presse Omar el-Béchir de trouver une solution au Darfour

Aujourd’hui La Chine, 02 Novembre 2006

Le chef d'Etat chinois Hu Jintao a formellement demandé à son homologue soudanais Omar el-Béchir de régler le conflit meurtrier qui sévit dans la province du Darfour.

Le président chinois Hu Jintao a pressé jeudi son homologue soudanais Omar el-Béchir, en visite en Chine, de trouver une solution au problème humanitaire du Darfour (ouest du Soudan). "Les Chinois admirent et soutiennent le Soudan dans la réalisation d'une paix Nord-Sud et sont disposés à participer à la reconstruction" de la région, a déclaré M. Hu au président soudanais, selon la télévision officielle Chine Centrale. "La Chine comprend les inquiétudes du gouvernement soudanais sur ce problème et espère que le Soudan pourra maintenir le dialogue avec toutes les parties, affiner sa position, accroître ses efforts pour parvenir à une solution correcte au Darfour et continuer à améliorer la situation humanitaire".
La Chine est désireuse de faire des efforts pour parvenir à une paix durable et à la stabilité au Darfour, a déclaré M. Hu, lors d'un sommet bilatéral avec M. Béchir. Le chef d'Etat soudanais a déclaré que la situation au Darfour était en train de s'améliorer et que son gouvernement souhaitait une aide de l'Union africaine pour poursuivre le processus de paix, a rapporté la télévision chinoise.
Omar el-Béchir est l'un des quelque 40 dirigeants africains invités à Pékin pour un sommet sino-africain de trois jours, durant ce week-end, destiné à renforcer les liens politiques et économiques des deux parties. Le Darfour est une région de la taille de la France où au moins 200 000 personnes sont mortes et 2,5 millions ont été déplacées depuis l'éclatement en 2003 d'une rébellion contre Khartoum. Les affrontements opposent rebelles noirs africains au gouvernement central et à une milice arabe alliée pour l'obtention d'une autonomie régionale. Le gouvernement Béchir a été largement tenu pour responsable des violences dans la région qui se sont récemment intensifiées. Elles ont provoqué l'arrêt pour des raisons de sécurité d'une aide humanitaire apportée par nombre d'ONG aux centaines de milliers de civils déplacés.
La déclaration de M. Hu intervient peu après le renouvellement pour un an par le président américain George W. Bush mercredi des sanctions contre le Soudan. M. Bush a aussi laissé la porte ouverte à de nouvelles mesures contre certains individus en raison de la crise au Darfour. "Les Etats-Unis vont oeuvrer avec la communauté internationale afin de mettre en place un plan unique destiné à régler le problème et sauver des vies", a également déclaré M. Bush.
Le Conseil de sécurité de l'ONU avait voté le 31 août l'envoi de Casques bleus dans le Darfour, mais Khartoum y est totalement opposé. Durant cette session, Pékin s'était abstenu de voter la résolution et avait souligné son opposition à l'adoption de sanctions contre le Soudan, un de ses grands fournisseurs de pétrole. "Nous estimons que les Nations Unies doivent et peuvent jouer un rôle actif dans la résolution de cette question" du Darfour, a déclaré jeudi à la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Liu Jianchao. "Mais nous estimons qu'en ce qui concerne des mesures spécifiques, la communauté internationale a besoin de respecter les inquiétudes raisonnées et obtenir l'accord du gouvernement soudanais".
L'organisation de défense des droits de l'Homme basée à New York Human Rights Watch (HRW) a également pressé la Chine jeudi d'amener le Soudan à accepter des Casques bleus tout en critiquant Pékin pour sa complaisance envers les pays africains accusés de violations flagrantes des droits de l'Homme. "La politique chinoise n'a pas seulement moussé quelques uns des pires pays abusant des droits de l'Homme mais a également affaibli les démarches entreprises par d'autres dans leur tentative de promouvoir un plus grand respect des droits de l'Homme", indique un communiqué de l'ONG reçu à Pékin.