Sauver Le Darfour dans le monde

Le Tchad appelle le Soudan à la réconciliation

Bbc Afrique, 21 Novembre 2006

Le mini-sommet africain sur le Darfour, qui a eu lieu hier à Tripoli, s'est achevé avec l'appel lancé par le président tchadien, Idriss Deby, en faveur d'une véritable réconciliation avec son homologue soudanais, Omar El-Béchir.
La rencontre avait réuni les présidents soudanais, tchadien, érythréen, égyptien et centrafricain.

Il s'agit du cinquième sommet organisé en Libye pour essayer de mettre fin au conflit dans le Darfour et ses implications sur les pays voisins du Soudan.

Les six chefs d'Etat africains se sont réunis à huis-clos pendant plusieurs heures.

A la fin des travaux, le dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, les a qualifiés de "succès total".

Le ministre libyen chargé des Affaires africaines, Ali Triki, a pour sa part indiqué que des efforts étaient en cours pour amener les mouvements rebelles du Darfour non-signataires des accords d'Abuja, à se joindre au processus de paix.

Ali Triki a réitéré le rejet de toute pression sur le Soudan, en vue du déploiement d'une force internationale dans le Darfour.

Le président tchadien, Idriss Deby, a quant à lui déclaré qu'il espérait que les résultats du sommet de Tripoli seraient cette fois suivis d'effet.

Trêve entre Khartoum, N'Djamena et Bangui

Les médiateurs libyens espèrent maintenant que Khartoum et N'djamena appliquent à la lettre l'accord de Tripoli, signé au début de l'année - un accord qui a été violé au cours de ces derniers mois.

Après les accusations répétées du Tchad, puis de la République centrafricaine, à l'encontre du Soudan, le Sommet s'est achevé avec la promesse et l'espoir d'une trêve durable avec le gouvernement de Khartoum.

La déclaration finale issue du sommet indique que le président Omar El-Béchir a adressé à ses voisins en colère, une invitation à se rendre au Soudan, dans le cadre d'une visite d'Etat.

Les sommets du genre organisés à Tripoli sont souvent le lieu de propos empreints de diplomatie.

La grande question est maintenant de savoir si, une fois de retour chez eux, le dirigeant soudanais et ses voisins s'en tiendront aux engagements pris devant leur hôte libyen.