Sauver Le Darfour dans le monde

Un parti soudanais assume la responsabilité

Sudan Tribune, 28 Mai 2005

Le Congrès National du Peuple (PNC) a exprimé sa volonté expresse de reconnaître légalement ses activités depuis le coup d’Etat du 30 juin 1989 jusqu'à sa séparation le 22 décembre 1999 du Congrès National au pouvoir.

Le PNC a appelé à l'adoption du principe de la responsabilité pour les activités effectuées depuis l'indépendance, a rapporté Al-Ray Al-Amm basé à Khartoum.

A la suite de la séance de dialogue qui s’est tenue hier entre le PNC et le Parti Communiste, avec Mohamed Ibrahim Nuqud et Suleiman Hamid, tous deux du Parti Communiste d’une part, et Abdallah Hassan Ahmad, Hassan Sati, Tariq Mahjub et Adam Al-Tahir Nawqalfrom, les membres participants du PNC d’autre part, les deux partis ont publié un communiqué de presse commun dans lequel le Parti Communiste a établi trois conditions pour reprendre le dialogue avec le PNC, dialogue commencé à Asmara, capitale de l’Erythrée, pendant lequel le PNC a critiqué le coup d’Etat du 30 juin 1989 et exprimé sa volonté de reconnaître légalement ses activités et de révéler les erreurs et les crimes commis pendant l'ère « de la Révolution Nationale du Salut ».

Le PNC a admis sa responsabilité dans le coup d’Etat du 30 juin 1989, disant qu’il était prêt à reconnaître ses responsabilités. Il a insisté pour que chaque personne soit jugée selon la loi en vigueur de la date du coup d’Etat au 22 décembre 1999 quand le PNC s’est séparé du parti au pouvoir.

Le PNC a demandé l'adoption du principe de la responsabilité depuis l'indépendance, le rejet des coups militaires et le retrait des activités politiques. Il a insisté sur la nécessité d'unir toutes les forces politiques pour « faire face aux défis évidents que le pays affronte, conformément aux résolutions internationales. »