Sauver Le Darfour dans le monde

Darfour: un village déserté par ses habitants après une attaque

Afp, 08 Novembre 2012

Des Casques bleus ont découvert des maisons brûlées et des animaux morts dans un village de la région soudanaise du Darfour, théâtre de violences meurtrières la semaine passée et qui a depuis été déserté par ses habitants, a indiqué jeudi la Minuad.

L'équipe de la Mission conjointe de l'Union africaine et de l'ONU au Darfour (Minuad) a pu atteindre le village de Sigili mardi, après qu'un précédent convoi eut été empêché d'atteindre la zone par les forces gouvernementales soudanaises.

"L'équipe a trouvé Sigili complètement déserté, avec des signes apparents de départ précipité", a expliqué la porte-parole de la Minuad, Aicha Elbasri, dans un communiqué, en précisant qu'elle avait notamment vu "des animaux tués et des maisons brûlées", de même que des habitations et des biens détruits.

"Des munitions ont également été trouvées à différents endroits du village", a-t-elle dit.

Vendredi, une milice avait attaqué le village, situé à environ 30 km au sud-est d'Al-Facher, la capitale de l'Etat du Darfour-Nord, tuant 13 personnes, selon une source locale ayant refusé d'être identifiée pour des raisons de sécurité. Elle avait évoqué des "violences tribales entre une milice locale et les Zaghawa", une des principales tribus du Darfour.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch, qui a parlé avec un témoin de l'attaque, a également fait état de 13 morts.

"J'exhorte le gouvernement soudanais à mener rapidement l'enquête qu'il a prévue sur l'incident de Sigili et à conduire les auteurs devant la justice", a déclaré la chef par intérim de la Minuad, Aichatou Mindaoudou.

La Minuad a par ailleurs indiqué avoir essayé pour la deuxième fois d'atteindre la zone d'Abou Delek, à environ 60 kilomètres au sud-est d'Al-Facher, après des informations faisant état de heurts entre les forces de Khartoum et des "groupes armés".

"L'équipe de vérification a été stoppée par des membres des Forces populaires de défense (des milices paramilitaires, ndlr), qui ont insisté pour fouiller le convoi de neuf véhicules. Après une très longue discussion, l'équipe a décidé de retourner à Al-Facher", a-t-elle expliqué.

Mme Elbasri a indiqué que la Minuad avait été la cible de tirs nourris le 25 octobre par un groupe non identifié, quand elle avait essayé d'atteindre la zone une première fois.

"Le Soudan a empêché de façon répétée la Minuad de se rendre dans différents endroits du Darfour, portant sérieusement atteinte à la capacité de la Mission (...) de protéger les civils et enquêter sur les violations des droits de l'Homme", a dénoncé HRW mercredi.

Le 31 juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU avait déjà exprimé sa "profonde inquiétude concernant les restrictions et entraves administratives imposées par le gouvernement soudanais sur les opérations et mouvements de la Minuad".

En août, le principal dirigeant du Darfour, Eltigani Seisi, avait reconnu "quelques problèmes d'accès", mais dit à l'AFP que le gouvernement essayait de les résoudre.

Au moins 300.000 personnes selon l'ONU --10.000 selon le gouvernement-- ont été tuées depuis le début de la guerre du Darfour en 2003 entre des tribus non-arabes et le régime de Khartoum. Les violences ont diminué, mais des heurts entre rebelles et gouvernement ou entre tribus se poursuivent, ainsi que des violences liées au banditisme.