Sauver Le Darfour dans le monde

Les USA tendent la main au Soudan

Afp, 26 Janvier 2011

Les Etats-Unis se sont dit prêts aujourd'hui à normaliser leurs relations avec le Soudan, à l'issue du vote pacifique qui doit déboucher sur l'indépendance du Sud cet été.

La chef de la diplomatie Hillary Clinton a félicité son homologue soudanais, Ali Karti, pour la gestion par Khartoum du scrutin --qui s'est tenu du 9 au 15 janvier--, un élément clé de l'accord de paix qui avait mis fin à deux décennies de guerre civile en 2005.

"Nous apprécions beaucoup la coopération et l'aide du gouvernement du Soudan pour assurer un référendum pacifique, et nous avons hâte de continuer à travailler avec le ministre et le gouvernement", a-t-elle dit à la presse.
Mme Clinton "a réaffirmé la volonté des Etats-Unis de prendre des mesures de normalisation des relations, alors que le Soudan honore ses engagements au titre" de l'accord de 2005, a précisé ensuite un communiqué du département d'Etat.
Ces "engagements" prévoient entre autres des accords complémentaires au Sud, et la recherche d'une résolution pacifique du conflit distinct au Darfour (ouest du Soudan).

M. Karti a lui aussi adopté un ton résolument neuf envers Washington, remerciant l'administration pour son assistance lors du vote et "pour tout ce qu'ils ont fait tout au long de l'histoire du Soudan".

"Nous sommes ici aussi pour regarder vers l'avenir, pour coopérer et travailler ensemble", a ajouté le ministre, dont des responsables disent qu'il vise un assouplissement des sanctions économiques contre son pays.

Les Etats-Unis ont interdit pratiquement tout commerce avec le Soudan depuis 1997, et le président Barack Obama a confirmé ces mesures en novembre dernier.
M. Obama a réservé au référendum soudanais l'une de ses rares mentions de politique étrangère dans son discours annuel sur l'état de l'Union mardi soir.
"Nous façonnons", a-t-il dit, "un monde favorable à la paix et à la prospérité".

L'administration, dont les ONG ont salué les efforts pour la paix entre le Nord et le Sud du Soudan, est désormais attendue sur la question du Darfour.