Sauver Le Darfour dans le monde

Référendum soudanais: l'inscription prorogée, mais la date du scrutin inchangée

Afp, 29 Novembre 2010


JUBA — La commission chargée d'organiser le référendum d'indépendance du Sud-Soudan a annoncé vendredi la prorogation d'une semaine de l'inscription sur les listes électorales, soit jusqu'au 8 décembre, sans toutefois repousser la date du scrutin prévu le 9 janvier.

"Les Sud-Soudanais ont maintenant jusqu'au 8 décembre pour s'inscrire. Le calendrier a été changé, mais cela ne compromet pas la date du 9 janvier", a déclaré un membre de la commission, Achier Deng, lors d'une conférence de presse à Juba, au Sud-Soudan.

"Le calendrier est serré, mais il y a des jours ici et là que nous pouvons récupérer", a-t-il ajouté, en précisant que la prorogation de la période d'inscription était liée à des "raisons techniques".

L'inscription sur les listes électorales en vue du référendum d'autodétermination du Sud-Soudan a commencé le 15 novembre à travers le Soudan et devait initialement se terminer le 1er décembre.

Les Sud-Soudanais vivant au Sud, mais aussi au Nord et à l'étranger, ont le droit de voter lors de cette consultation qui pourrait mener à la partition du plus vaste pays d'Afrique et à la création d'un nouvel Etat pétrolier enclavé au coeur du continent.

Un responsable de la commission référendaire a chiffré cette semaine à plus de 1,3 million le nombre de Sudistes s'étant jusqu'à présent inscrits sur les listes électorales au Sud. Mais la participation demeure très faible au Nord-Soudan, où moins de 10.000 personnes se sont inscrites, a indiqué la commission.

Le parti du Congrès national (NCP) du président Omar el-Béchir a déposé en début de semaine une plainte auprès de la commission référendaire.

Le NCP estime que plusieurs centres d'inscription au Nord-Soudan sont situés trop loin de la population et affirme que des Sudistes musulmans, avec des prénoms arabes, n'ont pas été en mesure de s'inscrire.

Les résidents permanents au Sud-Soudan depuis 1956, date de l'indépendance du Soudan et donc de la fin du condominium égypto-britannique, et les personnes ayant au moins un ancêtre membre d'une tribu sudiste ont le droit de voter pour le scrutin de janvier, selon les critères de la commission référendaire.

Or, au Soudan, une grande partie de la population sudiste ne dispose pas de pièce d'identité prouvant son origine ethnique, d'où la présence de témoins pour identifier les électeurs dans les centres d'inscription.

Dans plusieurs centres "aucun identificateur n'était présent", ont indiqué jeudi les observateurs de la fondation de l'ex-président américain Jimmy Carter qui ont demandé à la commission référendaire de mettre en place une série de mesures "urgentes" afin de permettre l'inscription des personnes éligibles.

Car l'affluence au sud a aussi posé des problèmes techniques à la commission. "Certains centres d'inscription manquent désormais de matériel en raison de la forte participation, en particulier dans les zones urbaines du Sud-Soudan", a signifié la Fondation Carter.

L'inscription des Sudistes en Egypte a finalement commencé avec dix jours de retard, a assuré vendredi M. Deng. La diaspora peut s'enregistrer dans un total de huit pays, dont le Kenya, les Etats-Unis, le Canada, l'Australie, et la Grande-Bretagne.