Sauver Le Darfour dans le monde

Le Soudan refuse l'accès à un camp du Darfour aux humanitaires

Afp, 06 Août 2010


Le Soudan a refusé aux agences d'aide humanitaire l'accès du camp de réfugiés de Kalma, au Darfour, où de violents affrontements ont opposé la semaine dernière partisans et adversaires des pourparlers de paix, ont rapporté des responsables humanitaires.

Kalma, où vivent 100.000 Darfouris, est un bastion des rebelles de l'Armée de libération du Soudan, qui ne participe pas aux pourparlers de Doha destinés à mettre fin à sept années de guerre au Darfour.

Les discussions entre la Mission des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour (Minuad), le gouvernement du Sud-Darfour et Khartoum sont suspendues depuis que cinq hommes et une femme ont trouvé refuge le mois dernier dans le centre de la Minuad à Kalma lors de violences qui ont fait cinq morts.
Des milliers de personnes ont également fui leurs foyers pour se réfugier près de la base de la Minuad.

"Nous sommes toujours en discussions avec le gouvernement local et national pour tenter d'avoir accès à Kalma et au petit village de Bila, les deux accès nous ayant été interdits", a déclaré Sam Hendricks, un porte-parole de l'Onu.
Selon un porte-parole de l'Onu à New York, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) n'a pas accès à Kalma depuis le 2 août. Le responsable des opérations de maintien de la paix de l'Onu, Alain Le Roy, a dit à la presse que seules quelques organismes humanitaires soudanais avaient été autorisés à entrer dans le camp.

Une autre source onusienne a indiqué à Reuters que les personnes encore présentes à Kalma étaient confrontées à une pénurie d'eau et de nourriture. Cette même source a fait état d'échanges de coups de feu sporadiques malgré le renforcement de la présence de la Minuad.

Le haut responsable soudanais de l'aide au Sud-Darfour, Jamal Youssef, a démenti avoir fermé l'accès de Kalma aux humanitaires, assurant que la plupart des réfugiés avaient rejoint des villages au nord et à l'est du camp auxquels les agences ont accès.

Le gouvernement de Khartoum a toujours été hostile à la présence de la Minuad, déployée au Darfour depuis 2007.

Pour le Soudan, les six personnes qui ont trouvé refuge auprès de la Minuad sont des criminels accusés d'incitation à la violence. Khartoum demande à la Minuad de les lui remettre.