Sauver Le Darfour dans le monde

Sauver Le Darfour appelle la France à convoquer une Conférence internationale pour faire cesser l’impunité du génocidaire Omar El BECHIR

Sauver Le Darfour, 13 Juillet 2010


L’association Sauver Le Darfour se félicite de la décision du 12 juillet dernier de la Cour Pénale Internationale d’étendre son chef de poursuites contre le Président soudanais Omar El BECHIR à l’incrimination de "génocide".

Les juges ont estimé dans leur ordonnance qu'il y avait des motifs raisonnables de croire qu'Omar El BECHIR avait agi avec l'intention spécifique de détruire, en partie, les principales ethnies du Darfour (les Four, Masalit et Zaghawa).
C'est bien lui qui avait la direction des milices janjawids.

Le débat sémantique qui avait divisé les ONG françaises prend fin pour privilégier désormais une issue à la crise. Les atrocités du Darfour peuvent être assimilées à un génocide.

Cette qualification doit inciter les Etats membres de l’ONU à désormais agir avec détermination pour mettre fin à leur soutien au dictateur Béchir. Il est temps que les résolutions de l’ONU déjà votées soient appliquées, la qualification de génocide des crimes commis l’autorise et le commande.

Le temps de la Diplomatie de velours est révolue, six ans après le début des massacres - 300 000 morts et 2.2 millions de déplacés-, la responsabilité du Président Soudanais, de son armée et de ses milices Janjawids est enfin recherchée par la Justice internationale.

Au temps de l’indignation citoyenne succède enfin le temps de la justice. Omar el-Béchir est le quatrième chef d'Etat en exercice à être poursuivi par la justice internationale, après l'ancien président du Liberia Charles Taylor, l’ex-président yougoslave Slobodan Milosevic, et l’ex-président serbe Milan Milutinovic.

Cette décision de la Cour pénale est courageuse, elle détonne avec la realpolitik des Diplomaties occidentales. Elle rappelle qu’au Darfour il y’ a bien des bourreaux et des victimes. Le chercheur Marc Lavergne avait même qualifié de « Munich tropical » cette obsession des occidentaux à chercher un compromis entre le gouvernement soudanais et les groupes rebelles.
Après cette extension du mandat d’arrêt de la CPI à l’encontre d’Omar El BECHIR pour crime de génocide. La junte soudanaise doit quitter le pouvoir ! Sauver Le Darfour avait déjà obtenu la réunion d’une Conférence internationale sur le Darfour à Paris le 25 juin 2007 (Cf. Le Figaro du 28 mai 2007), qui avait permis de réduire les entraves à l’aide humanitaires.

Aujourd’hui, Sauver Le Darfour demande à la France :

- de rompre ses relations diplomatiques avec le régime d’Omar El-BECHIR,

- de soutenir activement le travail de la Cour Pénale internationale

- et de convoquer immédiatement une nouvelle Conférence internationale sur le Darfour impliquant les grandes puissances, dont notamment la Chine, principal soutien du régime, afin de mettre progressivement en place les conditions d’élections démocratiques et libres au Soudan.