Sauver Le Darfour dans le monde

Le dernier otage français au Darfour est libre

Le Figaro, 18 Mars 2010

Après cinq mois de détention, un humanitaire de la Croix-Rouge enlevé dans l'ouest du Soudan a été relâché jeudi. Il ne reste plus d'otage étranger dans la région.

Il détient le triste record de la plus longue prise d'otage depuis le début du conflit dans cette région. Un employé franco-britannique du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) enlevé en octobre dernier au Darfour, dans l'ouest du Soudan, a été libéré jeudi après 147 jours de captivité.

Gauthier Lefèvre, 35 ans, est depuis cinq ans au service du CICR, dont quinze mois au Darfour. Le 22 octobre dernier, il circulait dans un convoi de deux véhicules marqués du logo de la Croix-Rouge lorsqu'il a été enlevé par des hommes armés dans le Darfour-ouest, tout près de la frontière avec le Tchad. «Il vient d'être libéré après quelques cinq mois de captivité. Il est actuellement dans un hélicoptère en direction d'El-Geneina», la capitale du Darfour-ouest, a déclaré un haut responsable du CICR, sous le couvert de l'anonymat.

Une vague d'enlèvements d'humanitaires

Le CICR, qui avait établi samedi un premier contact avec les ravisseurs, avait alors assuré que ceux-ci n'avaient pas formulé de demande de rançon ou de revendications politiques. Des collègues internationaux et soudanais qui voyageaient avec le Français n'ont pas été enlevés par les hommes armés, qualifiés de «bandits» par les autorités soudanaises. «Le kidnapping de Gauthier Lefèvre ne sert d'autre but que de miner le travail humanitaire dans la région au seul profit de ceux qui bénéficient d'un tel acte», a déclaré ce week-end Ameerah Haq, chef du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) pour le Soudan.

Une vague d'enlèvements d'humanitaires a commencé au Darfour en mars 2009, dans la foulée du mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir. Elle limite les déplacements des humanitaires étrangers dans le Darfour, où la guerre civile a fait depuis 2003 quelque 300.000 morts selon les évaluations de l'ONU, 10.000 tués d'après Khartoum, et plus de 2,7 millions de personnes déplacées. «Cela n'aide pas à créer un environnement sûr pour fournir l'aide humanitaire et affecte négativement notre capacité à procurer de la nourriture, des soins et des services de base dans les secteurs qui en ont le plus besoin», notait le CICI dans un communiqué récent.

Deux autres Français ont été libérés le week-end dernier par un groupe disant s'appeler les «Aigles de libération de l'Afrique». En février, le même groupe avait relâché Laurent Maurice, un agronome du CICR enlevé en novembre. Gauthier Lefèvre était le dernier étranger encore en captivité dans cette région.