Sauver Le Darfour dans le monde

Pour réduire la violation des droits humains au Darfour : Un groupe d'Ong interpelle les leaders mondiaux

Walfadjri, 14 Janvier 2010


Dans le cadre d'une initiative dénommée ‘Sudan 365’, une dizaine d'organisations non gouvernementales compte mener une campagne de sensibilisation afin d'alerter les leaders mondiaux sur la poursuite des atrocités au Darfour. L’idée est de mieux sécuriser les lendemains des élections, prévues en avril 2010 au Soudan.

C'est dans un élan unitaire que les Organisations non gouvernementales, regroupées au sein de l’initiative ‘Sudan 365’ décident de porter la voix de milliers de Soudanais du Darfour dans le désarroi. Il s'agit principalement d'Amnesty international, la Raddho, Human Rights Watch, Save Darfur coalition, la Fidh, la Coalition arabe pour le Darfour, le Darfour consortium. Leur démarche consiste essentiellement à demander aux différents leaders mondiaux ‘de prendre toutes les mesures urgentes afin de réduire les risques de graves violations des droits humains au Soudan’. Ainsi, cette vaste campagne a été lancée le 9 janvier dernier, une date considérée comme la Journée de solidarité en faveur de la paix au Soudan.

Ces Ong trouvent que cette année 2010 constitue un tournant décisif dans la recherche de la paix dans ce pays longtemps en proie à de multiples violations des droits humains. C'est le label Soudan 365 qui veut que tous les jours de cette année 2010 soient pleinement mis à profit afin d'alerter l'opinion sur la situation dramatique qui sévit au Darfour. En effet, des élections décisives sont prévues pour le mois d'avril prochain avec, à la clef, un référendum en janvier 2011 qui devra décider de l'avenir du Darfour dans le Soudan. Cela, conformément aux termes de l'accord de paix global ayant mis un terme à la guerre civile entre le nord et le sud Soudan.

Mais en 2009, la violence s'était particulièrement intensifiée dans ce pays occasionnant de multiples morts et de personnes déplacées. ‘2 500 personnes sont décédées en 2009 au sud du Soudan’, précisent des rapports de l'Onu. A cela s'ajoutent les problèmes relatifs à la protection des civils ainsi que les graves pénuries alimentaires. Il faut dire que, comme le fait remarquer la déclaration publique et conjointe d'Amnesty international et de la Raddho, les actes de violences mortelles ont diminué cette année. Mais la Mission des Nations unies pour une assistance au Darfour (Minuad) aura recensé près de 2 112 morts entre janvier 2008 et juillet 2009, sans compter l'apparition de nouvelles attaques vers la fin de l'année 2009.

Aujourd'hui, avec les élections cruciales qui pointent à l'horizon, c'est une véritable offensive aux allures de course contre la montre qui est menée par ces Ong. ‘Une volonté politique bien plus forte et de plus importantes ressources doivent être consacrées à persuader toutes les parties’, précise cette déclaration publique. L'enjeu est inestimable du fait que le Soudan demeure le plus vaste pays d'Afrique et partage ses frontières avec neufs autres pays. C'est d'ailleurs, fort de ce sentiment que la section sénégalaise d'Amnesty international a tenu à marquer l'événement autour d'une série de rencontres et de sensibilisation. Une démarche visant à tirer la sonnette d'alarme sur l'urgence de la situation sur le terrain durant cette année électorale décisive. ‘L'année 2010 laisse entrevoir de nombreuses menaces aux droits humains au Soudan’, relève Tawanda Hondora, le directeur des programmes Afrique à Amnesty international.

Abdoul Aziz AGNE