Sauver Le Darfour dans le monde

La Chine et l'Afrique veulent intensifier une coopération en plein essor

Tv5 Monde, 09 Octobre 2009

La Chine et l'Afrique ont convenu lundi d'intensifier une coopération économique déjà en plein essor, au lendemain de l'annonce, saluée par les pays africains, que Pékin allait accorder 10 mds USD de prêts bonifiés à ce continent.

Les représentants de 49 Etats africains et de la Chine ont adopté, lors de la clôture du Forum sino-africain qui s'est tenu dimanche et lundi à Charm el-Cheikh (Egypte), deux documents --un plan d'action et une déclaration-- entérinant ces échanges et visant à les approfondir.

Selon la Déclaration de Charm el-Cheikh, la Chine et l'Afrique s'engagent à poursuivre leur coopération, tant économique que sociale et culturelle, et notent que "la majorité des objectifs (fixés lors de leur dernière réunion en 2006) ont été effectivement réalisés".

Le texte appelle également la communauté internationale à "accorder une importance particulière à l'impact négatif de la crise sur les pays en développement" et demande aux pays développés de tenir leurs engagements, tels que l'allègement des dettes et l'augmentation de l'aide et des investissements.

Quant au "plan d'action de Charm el-Cheikh", il dresse la liste des différents domaines de la coopération sino-africaine et des engagements pris par les deux parties pour renforcer leurs échanges.

"Le gouvernement chinois s'engage à (...) tout faire pour assister les pays africains dans l'amélioration de leur production agricole et leurs infrastructures", a affirmé le ministre chinois du Commerce, Chen Deming.

La Chine demandera à ses entreprises "d'assumer plus de responsabilités sociales en Afrique et de créer des emplois dans les pays africains afin que le peuple africain puisse bénéficier de la coopération sino-africaine", a-t-il ajouté.

La veille, à l'ouverture de cette "quatrième conférence ministérielle du Forum de coopération sino-africain" (FCSA, FOCAC en anglais), le Premier ministre chinois Wen Jiabao avait promis des prêts bonifiés de 10 milliards de dollars à l'Afrique dans le cadre d'un programme triennal.

Plusieurs pays africains ont salué l'annonce, comme le Maroc, la Sierra Leone, le Zimbabwe et le Kenya.

"L'Afrique est avide de développement. L'Afrique est restée en arrière trop longtemps et a été trop longtemps traitée sur des critères faussés", a déclaré à l'AFP Moses Wetangula, le ministre des Affaires étrangères du Kenya.

"Et maintenant, les Chinois arrivent et disent: +vous voulez une voie de chemin de fer? Nous avons l'argent et la technologie pour ça+. Qui refuserait? L'Afrique a terriblement besoin de tout cela", a-t-il poursuivi.

M. Wetangula et son homologue de Sierra Leone, Zainab Bangura, ont toutefois insisté sur la nécessité d'une plus grande coopération à l'intérieur du continent.

"Ce que nous souhaitons, c'est une plus grande intégration régionale et sub-saharienne", a souligné Mme Bangura.

La Chine, dont la présence sur le continent africain est de plus en plus visible et revendiquée, a de nouveau répondu à ceux qui l'accusent de "néo-colonialisme" et d'exploiter les ressources naturelles africaines sans transmettre son savoir-faire.

La Chine est déterminée à "transférer technologie et expertise" à l'Afrique, a affirmé M. Chen, tandis que l'adjoint du ministre des Affaires étrangères Zhai Jun a nié que son pays cherche à imposer son "hégémonie" sur le continent.

"La Chine ne traitera pas l'Afrique de manière impérialiste. La Chine ne pointera le doigt en direction de personne et n'intimidera personne", a-t-il déclaré.

Les investissements directs chinois en Afrique sont passés de 491 millions de dollars en 2003 à 7,8 milliards fin 2008, selon les chiffres officiels chinois. Les échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique ont quant à eux décuplé depuis le début de la décennie pour atteindre 106,8 mds USD en 2008.