Sauver Le Darfour dans le monde

Oxfam juge Onu et UE incapables de protéger les civils au Tchad

Le Point, 09 Août 2008

Dans la ville d'Adre. L'organisation humanitaire Owfam estime que les Nations unies et l'Union européenne ont échoué à protéger les civils dans l'est du Tchad et devraient renforcer d'urgence leurs opérations dans la région. /Photo d'archives/REUTERS/Emmanuel Braun

Imprimez Réagissez Classez Les Nations unies et l'Union européenne ont échoué à protéger les civils dans l'est du Tchad et devraient renforcer d'urgence leurs opérations dans la région, estime l'organisation humanitaire Oxfam.

Le Conseil de sécurité de l'Onu a décidé il y a un an de déployer une force de maintien de la paix européenne (Eufor) au Tchad et en République centrafricaine, frontaliers du Darfour soudanais, ainsi qu'une mission de formation et de soutien de la police tchadienne chargée de protéger les camps de réfugiés.

"Depuis un an, cette mission est incapable de protéger efficacement les civils dans l'est du Tchad et devrait être adaptée d'urgence" aux dangers encourus par la population, lit-on dans un rapport d'Oxfam publié mardi.

"Il en résulte que près d'un demi-million de personnes ayant fui leur domicile en raison du conflit au Darfour et au Tchad ne sont pas suffisamment protégées et sont sujettes chaque jour à des agressions, vols, viols et enrôlements de force", dit-il.

L'organisation distingue l'Eufor, dont la présence et les patrouilles ont accru le sentiment de sécurité, des unités de police tchadiennes formées par l'Onu et qui ne se sont pas encore déployées sur le terrain, selon elle.

Oxfam souligne en outre que les quelque 3.000 soldats servant dans l'Eufor n'ont pas les moyens de lutter contre le crime et le banditisme, mission dévolue aux policiers selon le mandat de l'Onu.

Seuls 320 policiers tchadiens ont été formés par les émissaires onusiens, note Oxfam, qui appelle le Conseil de sécurité à décider avant la fin du mois d'accélérer la formation, de déployer immédiatement les troupes et solliciter l'envoi de policiers étrangers.