Sauver Le Darfour dans le monde

Les troupes rwandaises vont continuer leur mission au Darfour

Afrique En Ligne, 10 Juillet 2008

Le porte,-parole de l'Armée rwandaise, le major Jill Rutaremara, a déclaré jeudi que les troupes rwandaises vont poursuivre leur participation à la force hybride de la Mission ONU/UA de maintien de la paix au Darfour (MINUAD), après le décès de cinq de ses soldats tués par des milices arabes "Djandjawid" opérant dans cette région ouest du Soudan.

Les soldats rwandais de la force hybride ONU/UA de maintien de la paix au Darfour (MINUAD) ont été tués et 17 autres grièvement blessés, mardi, lors d'une embuscade nocturne attribuée aux milices arabes "Djandjawid".

"Cette attaque est la plus meurtrière depuis le déploiement des troupes rwandaises pour constituer la force de maintien de la paix au Darfour", a déclaré à la presse à Kigali, le major Jill Rutaremara.

Au total, sept soldats de la paix ont été tués, 22 d'entre eux ayant été blessés dans l'embuscade. Les blessés ont été évacués sur Khartoum, la capitale soudanaise, pour des soins. Aucune disparition n'a été constatée dans les rangs des soldats de la paix, a cependant précisé la MINUAD.

Le cortège d'une dizaine de véhicules qui transportait les soldats rwandais de maintien de la paix, a essuyé des tirs alors que le convoi traversait cette région en rebroussant chemin vers leur quartier général d'El Facher.

La patrouille militaire et de police, qui rentrait dans son camp, à Shangil Toboya, après une mission d'enquête, est tombée dans une embuscade tendue par des hommes armés non identifiés dans le village d'Oum Hakibah, à 12 km à l'ouest de Wadah et à 100 km au sud-est d'el-Facher.

Cette attaque contre les forces de maintien de la paix au Darfour intervient alors que le déploiement de la MINUAD dans cette région, qui doit compter au total quelque 26 000 hommes, rencontre de nombreuses difficultés logistiques et politiques.

Selon les analystes, le conflit a fait plus de 300 000 victimes et quelque 2.2 millions de déplacés depuis 2003.

Le Major Rutaremara a confié à la PANA, que malgré autant de contraintes aux conditions de travail souvent difficiles faute du manque de logistique, les troupes rwandaises sont prêtes à participer aux missions de maintien de la paix au Darfour.

"Nous avons des troupes bien formées mais le problème de logistique s'impose parfois", a-t-il commenté.

L'effectif du contingent rwandais des Forces de maintien de la paix de l'Union africaine au Darfour est estimé à 3.000 soldats, sur un total de 7.000 hommes déployés dans cette région en proie à un conflit meurtrier depuis plus de trois ans.

La force hybride ONU/UA devrait être de 26 000 hommes.

La France a condamné fermement l'attaque survenue mardi contre un détachement de la Mission des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) et a appelé à l'accélération du déploiement de cette force pour atteindre 80% d'ici la fin de l'année.

"Nous sommes particulièrement préoccupés par le caractère massif de cette attaque, dans laquelle auraient été engagées plusieurs dizaines de véhicules armés, dans l'intention délibérée d'infliger des pertes aux soldats de la paix de l'ONU et de l'Union africaine", a déclaré jeudi à Paris, Frédéric Desagneaux, porte-parole adjoint du Quai d'Orsay.

S'exprimant au sujet de ce dramatique incident, le représentant spécial de la MINUAD, Rodolphe Adada, a qualifié cette attaque contre les soldats de la paix de totalement “inacceptable”.

L'Union africaine a récemment approuvé la nomination de l'ancien ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, Djibril Bassole, comme médiateur conjoint ONU/UA pour le processus de paix du Darfour.

Par ailleurs, le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, affirme que le nouveau médiateur va tenter de trouver une solution politique et militaire à la crise.