Sauver Le Darfour dans le monde

Le Tchad appelle à faire pression sur le Soudan

Xinhua, 16 Mai 2008

Le ministre tchadien des Affaires étrangères Moussa Faki Mahamat a appelé mercredi la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement de Khartoum afin de mettre fin au conflit du Darfour, a rapporté jeudi la radio Africa N°1.

"Il est temps que le Soudan règle définitivement cette question du Darfour", a déclaré Moussa Faki Mahamat. Il a aussi demandé que la force de l'Union européenne (Eufor) à l'Est du Tchad et au Nord- ouest de la Centrafrique soit déployée le plus rapidement possible afin de protéger les milliers de réfugiés du Darfour et les déplacés tchadiens et centrafricains qui y vivent.

L'UE s'était engagée à envoyer dans les zones de conflit des deux pays près de 3000 hommes. 1500 à 2000 soldats se trouvent déjà sur le terrain aux frontières des deux pays, selon des nouvelles reçues à Yaoundé.

Ces réfugiés et déplacés coûteraient au gouvernement tchadien 4 à 5 milliards de Fcfa environ par an, selon les chiffres fournis en novembre 2007 par le gouvernement tchadien.

D'où l'urgence, selon les autorités tchadiennes, à trouver rapidement une solution définitive à ce conflit qui menace sérieusement la paix dans la région.

Cette déclaration intervient après la décision des autorités de Khartoum de rompre les relations diplomatiques avec N'Djamena et celle du Tchad de fermer sa frontière avec le Soudan suite aux attaques des rebelles du week-end dernier près de la capitale soudanaise. Le soudan accuse le Tchad de soutenir les rebelles soudanais, ce que le Tchad a nié.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a fermement condamné les attaques des rebelles, mettant en garde contre toutes représailles et invitant le Soudan et le Tchad à appliquer au plus vite l'accord de paix signé en mars pour supprimer les groupes armés opérant le long de la frontière entre les deux pays.