Sauver Le Darfour dans le monde

USA et Grande-Bretagne proposent des moyens d'améliorer le maintien de la paix en Afrique

Afp, 17 Avril 2008

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont fait mercredi des propositions pour accroître l'efficacité des opérations de maintien de la paix en Afrique, lors d'une réunion au Conseil de sécurité sur la coopération dans ce domaine entre l'ONU et l'Union africaine (UA).

"Le Conseil de sécurité doit réexaminer comment il planifie et maintient en place ses opérations de maintien de la paix", a déclaré l'ambassadeur américain, Zalmay Khalilzad, aux délégués à cette réunion de haut niveau, organisée par l'Afrique du sud qui préside le Conseil en avril.

Ces missions, a-t-il estimé, "doivent voir des objectifs à atteindre, clairement définis, sur des périodes et avec des budgets précis... Elles doivent être le moyen d'atteindre un but, et non pas un substitut à la résolution d'un conflit ou une excuse à l'inaction".

Avec plus de 100.000 Casques bleus déployés dans plus de 20 missions à travers le monde, les capacités de maintien de la paix de l'ONU sont "sollicitées à la limite du raisonnable", a dit M. Khalilzad, avis partagé par de nombreux Etats membres et par les responsables onusiens.

Ce constat, ainsi que certaines considérations politiques, ont amené la communauté internationale à souhaiter que les nombreux conflits qui secouent le continent africain soient traités en première main par les pays africains.

Mais ceux-ci ont souvent constaté, comme au Darfour et en Somalie, qu'ils n'avaient ni les ressources financères ni les capacités opérationnelles ou la formation nécessaires pour mener à bien d'importantes missions de maintien de la paix.

"La disponibilité des ressources demeure le principal obstacle limitant la capacité de l'Afrique à résoudre effectivement ses propres conflits", a déclaré le chef de l'Etat sud-africain, Thabo Mbeki, qui présidait les débats.

Un financement accru de ces opérations est "essentiel dans la définition et l'amélioration des relations entre l'ONU et l'UA", a-t-il dit.

Mais selon les diplomates, les pays occidentaux refusent de se voir réduire au rôle de financiers des opérations de paix de l'UA et insistent sur le monopole du Conseil de sécurité, aux termes de la Charte de l'ONU, sur les questions relatives à la paix et la sécurité dans le monde.

M. Khalilzad a souligné que les Etats-Unis, qui financent 27% du budget du maintien de la paix de l'ONU, fournissaient une aide logistique importante à l'ONU et à l'UA pour leurs missions de paix en Afrique et étaient prêts à faire encore plus. Il a appelé les autres pays à "accroître leur soutien bilatéral aussi".

Depuis 2005, a-t-il dit, Washington a assuré la formation de plus de 34.000 soldats de la paix africains de 19 pays et versé 375 millions de dollars pour accroître la capacité de maintien de la paix en Afrique et ailleurs.

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a également promis d'augmenter la contribution de son pays aux exercices d'entrainement conjoints Union européenne-Union africaine, en plus de la formation de 12.000 soldats africains.

Il a indiqué que la Grande-Bretagne était prête à constituer et mettre en "stand-by" une force d'intervention civile de 1.000 personnes, incluant des policiers, des spécialistes des services d'urgence, des juges et des formateurs professionnels.