Sauver Le Darfour dans le monde

Les proches du médecin de l'Arche de Zoé soulagés

Le Nuvel Observateur, 01 Avril 2008

Les six Français de l'Arche de Zoé condamnés en décembre au Tchad, ainsi qu'un intermédiaire tchadien, ont été graciés ce lundi par le président tchadien Idriss Deby. Satisfaites, l'avocate et l'épouse du médecin de l'association, Philippe Van Winkelberg, qui a été libéré dans la soirée, savent pourtant que leur combat n'est pas fini.

'épouse du médecin de Castellane (Alpes-de-Haute-Provence), Philippe Van Winkelberg, condamné dans l'affaire de l'Arche de Zoé avec cinq autre Français, s'est déclarée ce lundi "très heureuse" de la grâce accordée par le président tchadien Idriss Deby Itno.

"J'attends cela depuis plus de cinq mois, d'un seul coup mes ailes ont repoussé, se réjouit-elle. C'est la fin d'un calvaire mais la réhabilitation va être longue. Les médias ont distillé des horreurs sur le compte de mon mari, certains allant jusqu'à évoquer la pédophilie". C'est à cette tâche qu'entend s'atteler l'épouse du médecin, avec l'aide de Bernard Kouchner, qui "a commencé à faire des déclarations dans ce sens".

Une libération imminente

Après l'annonce de la grâce, Antonia Van Winkelberg se préparait à rejoindre la prison de Draguignan (Var), pour accueillir son mari lorsqu'il sortira: "Je ne sais pas quand il doit être libéré, dans deux ou trois jours, j'espère".

Cette libération pourrait en réalité intervenir plus tôt. Selon l'avocate du médecin, Me Davideau, "il peut sortir dès ce soir ou demain matin. La grâce doit être transmise du ministère de la Justice au parquet puis à la prison où est détenu mon client. En tout état de cause, il ne s'agit que d'une question d'heures."

Procédure judiciaire française à l'horizon
L'affaire n'est pas close pour autant. Pour avoir tenté d'exfiltrer 103 enfants vers la France en compagnie de cinq autres Français, Philippe Van Winkelberg reste mis en examen par la justice française - comme trois autres membres de l'Arche de Zoé - pour exercice illégal de l'activité d'intermédiaire en vue de l'adoption ou du placement de mineurs de quinze ans, pour aide directe ou indirecte en vue de faciliter l'aide au séjour irrégulier en France avec effet pour des mineurs de les éloigner de leurs parents et, enfin, pour escroquerie.

Son épouse n'est pourtant pas inquiète. "Cette mascarade va prendre fin", assure-t-elle. De son côté, Me Davideau croit elle aussi à une issue favorable. "Il n'y a pas d'éléments suffisants pour condamner mon client dans l'instruction qui va suivre, explique-t-elle. Nous souhaitons un débat à la loyale pour faire toute la lumière sur les faits et les véritables responsabilités. Nous voulons pouvoir nous expliquer au plus vite".

La question du dédommagement financier à régler
Jean-Claude Guidicelli, autre avocat du médecin et d'Alain Péligat, logisticien de l'Arche de Zoé, a également exprimé "un moment intense de joie et d'allégresse. Enfin se termine ce 'midnight express' judiciaire".

Toujours en suspend, la question financière: 4,12 milliards de francs CFA (6,3 millions d'euros), que les condamnés doivent verser "solidairement" aux familles des 103 enfants. Ce point "n'est pas concerné par la grâce", a insisté le ministre tchadien de la Justice.

Les six Français de l'Arche de Zoé, condamnés en décembre au Tchad, purgeaient en France, où ils ont été transférés après leur jugement, une peine de huit ans de prison.