Sauver Le Darfour dans le monde

Les ventes d'armes chinoises au Soudan ont augmenté en même temps que la violence au Darfour, selon un rapport

Presse Canadienne, 18 Mars 2008


Les ventes chinoises d'armes individuelles au Soudan ont augmenté à mesure que les violences connaissaient une escalade au Darfour, a accusé l'organisation Human Rights First jeudi dans un rapport qui demande à la Chine de cesser ses ventes d'armes.

Selon ce rapport, la Chine aurait intensifié ses livraisons d'armes au Soudan au moment où d'autres pays les ont au contraire réduites pour se conformer à l'embargo sur les armes décrété par les Nations unies. Pékin serait ainsi devenu de loin le plus gros fournisseur d'armes individuelles à Khartoum en étant à l'origine de 90% de toutes les acquisitions de Khartoum entre 2004 et 2006 pour un montant de 55 millions de dollars. Les armes individuelles telles que les fusils d'assaut sont les plus couramment utilisées au Darfour.

Le rapport indique que, tandis que les livraisons d'armes augmentaient, les ventes soudanaises de pétrole, vital pour la florissante économie chinoise, en faisaient autant. L'enquête suggère que l'intérêt pour l'or noir explique largement le soutien de Pékin au gouvernement soudanais.

Human Rights First, dont le siège est à New York, s'est basé, pour élaborer son rapport, sur les chiffres fournis par le Soudan aux Nations unies, et affirme que les chiffres réels sont probablement plus élevés. Mais la Chine rejette ces accusations, reconnaissant seulement être l'un des sept pays qui fournissent des armes au Soudan.

"Les gens qui disent que les armes chinoises alimentent un génocide au Darfour, et que les Chinois devraient en être tenus pour responsables, voire même qu'un rapprochement devrait être fait entre ce problème et les Jeux Olympiques, ces gens tiennent des propos qui ne sont pas corroborés par les faits", a déclaré la semaine dernière Liu Guijin, l'émissaire spécial de la Chine au Darfour, de retour de la province occidentale soudanaise en proie aux combats.