Sauver Le Darfour dans le monde

SOUDAN: Ruinés par la paix, les miliciens soudanais refusent de désarmer

Angolapress, 11 Mars 2008

Khawala Abdullah Ramadhan peut bien bercer son bébé avec amour. Lorsque vient la question de sa subsistance, elle redevient la milicienne pro-soudanaise qu`elle n`a jamais cessé d`être, et refuse de rendre les armes.

"Nous sommes prêts à combattre la SPLA (Armée populaire de Libération du Soudan) si elle ose essayer de nous désarmer, et nous ne livrerons ses hommes à Khartoum que contre compensation", affirme-t-elle.

La jeune femme est une combattante de la milice des Fursan ("cavaliers"), des nomades de l`Etat de Bahr-el-Ghazal, dans l`ouest du Sud-Soudan, qui ont généralement combattu aux côtés de l`armée de Khartoum pendant ses 21 ans de guerre contre la rébellion sudiste de la SPLA du colonel John Garang.

Le conflit, qui a fait plus d`un million et demi de morts et quatre millions de personnes déplacées, avait éclaté en 1983: les populations du sud, en majorité chrétiennes et animistes, s`étaient soulevées en réclamant une part équitable du développement national au pouvoir national, arabo-musulman.

Aux termes de l`accord de paix nord-sud de 2005, les miliciens du Sud-Soudan devaient désarmer avant juillet 2006, et choisir alors d`être intégrés dans l`armée de Khartoum ou celle la SPLA, au sud.

Mais les Fursan ont refusé, comme beaucoup d`autres milices de cette région du Soudan central, riche en pétrole.

Aujourd`hui, ils se sont fondus dans un maquis intextricable de milices diverses opérant à la frontière nord-sud, sur fond de rivalités de clans.