Sauver Le Darfour dans le monde

Nouvelles mesures contre l’immigration africaine

Rfi, 25 Février 2008


L'immigration illégale des Africains en Israël a été au centre de la réunion du cabinet, ce dimanche. Débordé par le nombre de réfugiés clandestins venus notamment d’Erythrée mais aussi de Côte d’Ivoire, Israël a décidé de les renvoyer vers l'Egypte.

Des chiffres impressionnants ont été mis sur la table du Premier ministre israélien lors d'une réunion consacrée ce dimanche aux infiltrations de réfugiés clandestins. D'après des données du ministère de l'Intérieur, près de 7 500 réfugiés africains sont arrivés illégalement sur le territoire israélien depuis l'année dernière.

Rien que ces dernières semaines, plus de 1 000 Africains ont réussi à franchir la frontière entre l'Egypte et Israël, un nombre bien plus élevé que les mois précédents. La plupart des clandestins sont originaires d'Erythrée. Un plus petit nombre vient du Darfour et il y a aussi, parmi eux, quelques centaines d'Ivoiriens.

Renvoyer un maximum d'immigrants illégaux

Le ministère de l'Intérieur israélien estime que l'armée a failli à sa mission d'empêcher de telles infiltrations et qu'il est devenu urgent de faire face à un tel afflux de réfugiés, qui pour beaucoup, recherchent simplement du travail.

Pour les autorités israéliennes, la solution à l'infiltration est l'emprisonnement ou l'expulsion. Mais le centre de rétention construit dans le sud du pays est depuis longtemps débordé et surpeuplé.

Les procédures de rapatriement dans les pays d'origine étant longues et complexes, la nouvelle consigne est donc de renvoyer immédiatement vers l'Egypte les clandestins arrêtés à la frontière. « S'il est possible de le faire légalement », le Premier ministre a donné une semaine aux services compétents pour renvoyer un maximum d'immigrants illégaux.