Sauver Le Darfour dans le monde

Le HCR dresse un bilan catastrophique de la situation dans la ville soudanaise de Sirba

Ap, 25 Février 2008

Deux semaines après le bombardements de trois villes du Darfour par l'armée soudanaise, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a dressé vendredi un bilan catastrophique dans la ville de Sirba, où une de ses missions s'est rendue jeudi.

L'agence onusienne rapporte dans un communiqué que les habitants de Sirba ont "supplié qu'une aide leur soit apportée pour sécuriser leurs villages". Ils ont également confié qu'il était "devenu dangereux" de fuir au Tchad voisin en raison du conflit et du banditisme.

Le HCR, dont la mission était également composée du coordonnateur humanitaire de l'ONU pour le Soudan et de représentants du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l'UNICEF, s'est dit "choqué par le niveau de destruction à Sirba". Les bombardements du 8 février avaient également touché les villages voisins de Silea et Abou Sourouj.

Selon le HCR, avant l'attaque, les trois localités comptaient environ 30.000 habitants. Certains d'entre eux ont fui vers la région de Birak, dans l'est du Tchad. De nombreux villageois qui avaient fui à l'intérieur du Darfour après les raids sont revenus à Sirba.

Après leur retour, l'ONU leur avait fourni une assistance humanitaire d'urgence, notamment de la nourriture et du matériel d'abri, alors que le gouvernement soudanais a apporté des tentes de secours, rapporte le Haut-Commissariat.