Sauver Le Darfour dans le monde

Ban Ki-moon avertit que la situation se dégrade au Darfour

Reuters, 20 Février 2008



La situation se détériore au Darfour occidental et requiert d'urgence le déploiement d'effectifs de maintien de la paix supplémentaires, fait savoir le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, dans un nouveau rapport au Conseil de sécurité.
"Au cours des deux derniers mois, la situation en matière de sécurité s'est considérablement détériorée au Darfour occidental du fait que les forces régulières tchadiennes et (les rebelles darfouris du) Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) ont lancé plusieurs attaques en territoire soudanais", a dit Ban.

Les rebelles du JEM ont annoncé mercredi que quinze civils avaient été tués dans des raids menés par l'aviation soudanaise près de la frontière tchadienne. L'armée soudanaise a dit avoir lancé une opération de "nettoyage" dans ce secteur afin d'ouvrir un couloir humanitaire et d'éliminer des insurgés du Darfour et des rebelles tchadiens qu'elle accuse d'attaquer les civils.

"Je reste extrêmement préoccupé par la situation sur le terrain en matière de sécurité", a indiqué Ban.

"Les conditions d'exercice du travail humanitaire et l'accès aux civils nécessitant une assistance ont été gravement affectés par les récentes hostilités entre les forces du gouvernement et du JEM (...) au Darfour occidental et (...) leur accroissement continuel dans la région."

Il a exhorté le Tchad et le Soudan à respecter chacun la souveraineté territoriale de l'autre.

KHARTOUM SE FAIT PRIER

Selon Ban, les attaques de civils dans les villes d'Abou Surouj, de Sirba et de Suleia ont fait ce mois-ci "environ 200 victimes et forcé plus de 10.000 civils à fuir leur foyers pour chercher refuge au Tchad en traversant la frontière".

Il a qualifié ces attaques de "graves violations du droit humanitaire international". Des témoins ont attribué les attaques dirigées contre ces trois villes à l'armée soudanaise.

Ban a aussi engagé le président soudanais Omar Hassan Bashir à confirmer au plus vite que Khartoum acceptait la composition proposée pour la force mixte de l'Onu et de l'Union africaine (Minuad). Les pays occidentaux accusent Bashir de faire traîner les choses en longueur pour bloquer le déploiement.

"Les pays fournissant des troupes doivent maintenant se voir confirmer d'urgence par le gouvernement du Soudan que leurs contingents sont les bienvenus, a-t-il dit. La vitesse de déploiement de la Minuad dépend du règlement de cette question dans les plus brefs délais."

Le secrétaire général a noté que seuls 9.126 éléments de la force mixte s'étaient déployés jusqu'ici au Darfour, sur un total prévu d'environ 26.000.

Il a aussi insisté pour que les pays de l'Onu ayant annoncé l'envoi de soldats et de policiers déploient toutes les unités promises aussi rapidement que possible, et il a de nouveau réclamé un plus grand nombre d'hélicoptères pour le Darfour.