Sauver Le Darfour dans le monde

Khartoum valide les modalités d'action de la Minuad au Darfour

Reuters, 09 Février 2008

Khartoum a signé l'accord technique nécessaire au déploiement de la force hybride UA-Onu de maintien de la paix au Darfour autorisant les mouvements et les communications de ses 26.000 hommes, apprend-on samedi auprès de la Minuad.

"C'est une avancée très importante pour la Minuad", a déclaré son responsable politique, Rodolphe Adada, après la signature de l'accord avec le ministre soudanais des Affaires étrangères Deng Alor.

Après plusieurs semaines de discussion sur les modalités de déploiement de cette force, cet Accord sur le statut des forces, ou SOFA, a finalement été conclu grâce à l'intervention du secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon.

Le secrétaire général-adjoint de l'Onu aux missions de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno, a rappelé que les conditions initialement posées par le Soudan, en particulier la désactivation des communications de la force pendant ses opérations, avaient mis en danger cet accord.

"La Minuad bénéficiera (...) sans restrictions de communications par radio, téléphone, mail, fax ou tout autre moyen", prévoit le texte de l'accord, que Reuters s'est procuré samedi. "La Minuad (...) bénéficiera sans délai d'une liberté de mouvement pleine et entière dans tout le territoire du Darfour."

PAS DE COUVRE-FEU

L'ambassadeur soudanais auprès des Nations unies, Abdelmahmoud Abdelhalim, a souligné que la force ne serait soumise à aucun couvre-feu, notamment aérien, à l'inverse de sa devancière mandatée par l'Union africaine.

"Ce document a aplani toutes les divergences", a-t-il déclaré lors de la signature de l'accord.

Seuls 9.000 des 26.000 policiers et soldats annoncés sont pour le moment déployés au Darfour. De même, sur les 24 hélicoptères de transport et de combat nécessaire, seule l'Ethiopie a apporté cinq appareils, les autres pays se montrant peu pressés à l'idée de fournir ces équipements.

Les doutes sur la composition de la Minuad persistent alors que le président soudanais Omar Hassan al Bachir a déclaré n'accepter que des contingents africains. Khartoum a récusé des unités logistiques scandinaves et se montre réticente à l'arrivée de soldats thaïlandais et népalais.

Deng Alor est néanmoins revenu samedi sur cette position en déclarant que des contingents non-africains pourraient faire partie de la Minuad.

La Minuad aura pour tâche de ramener le calme au Darfour où les combats ont fait environ 200.000 victimes et 2,5 millions de réfugiés depuis 2003, année où des rebelles noirs ont pris les armes en accusant Khartoum de négliger la région occidentale.

Le gouvernement soudanais parle de 9.000 morts et estime que l'Occident exagère l'échelle et les conséquences du conflit.