Sauver Le Darfour dans le monde

Tchad: l`UE assure que son opération n`est pas compromise

Afp, 05 Février 2008

L`UE s`inquiète des combats qui l`ont amenée à suspendre l`acheminement d`une force militaire au Tchad, mais assure que l`opération Eufor de protection des réfugiés du Darfour n`est pas compromise, selon des diplomates et militaires européens.

Les ambassadeurs des 27 pays de l`UE, tout en exprimant dimanche soir leur "grave préoccupation" devant la tentative "anti-constitutionnelle" des rebelles, ont souligné leur engagement à "réaliser les objectifs de l`opération Eufor Tchad-RCA et à en poursuivre le déploiement quand les circonstances le permettront".

"Nous souhaitons maintenir l`opération", a réitéré lundi le diplomate en chef de l`UE, Javier Solana.

L`acheminement par avion des soldats européens, suspendu vendredi, ne reprendra qu`après nouvelle évaluation de l`évolution sur le terrain, mercredi au plus tôt, comme l`a indiqué dimanche le ministre français de la Défense Hervé Morin.

"Aucun vol n`est prévu lundi et mardi", a confirmé à l`AFP le porte-parole de l`Eufor, le lieutenant-colonel Philippe de Cussac, au QG de l`opération européenne, en banlieue de Paris.

L`opération, qui consiste à déployer quelque 3.700 soldats dans l`est du Tchad et en Centrafrique pour protéger 450.000 réfugiés du Darfour (ouest du Soudan) et déplacés tchadiens et centrafricains, avait déjà été retardée de quatre mois, faute de trouver les moyens logistiques nécessaires à sa mission.

Une mauvaise étoile semble la poursuivre, avec ce blocage quelques jours à peine après son lancement officiel le 29 janvier.

Amnesty International a estimé lundi que "l`escalade" entre l`armée tchadienne et les quelque 2.000 rebelles "risquait de sérieusement saper le déploiement de la force européenne, laissant la population civile sans défense".

L`ONG a rappelé qu`aussi bien les organisations humanitaires que les gendarmes tchadiens avaient déjà quitté les camps de réfugiés en raison de l`insécurité.

Mais, selon le porte-parole de l`Eufor, "la planification du déploiement n`est absolument pas remise en cause", et l`opération peut encore être en état de démarrer vraiment en mars, comme prévu.