Sauver Le Darfour dans le monde

La Suède et la Norvège renoncent à envoyer des militaires au Darfour

Le Monde, 11 Janvier 2008

La Norvège et la Suède ont annoncé mercredi qu'elles retiraient leur offre d'envoyer une unité conjointe de 400 militaires au Darfour dans le cadre de la Minuad, la force conjointe ONU-Union africaine, en raison de l'opposition du Soudan à la participation de ces pays.

"La Norvège et la Suède ont été depuis longtemps disposées à soutenir les efforts de l'ONU au Darfour. Nous regrettons en conséquence d'être contraints de retirer notre offre d'une unité du génie à la Minuad", ont déclaré dans un communiqué commun les ministres des Affaires étrangères des deux pays, le Suédois Carl Bildt et le Norvégien Jonas Gahr Stoere.

L'unité nordique devait contribuer à reconstruire les infrastructures du Darfour pendant la première phase de la mission, mais le Soudan s'est opposé au déploiement de troupes scandinaves.

"Le Soudan doit porter l'entière responsabilité de la situation ainsi créée", soulignent les deux ministres.

"La Norvège et la Suède sont empêchées de contribuer à cet effort si nécessaire, qui visait à améliorer la sécurité des personnes dans la province du Darfour ravagée par la violence", ont déploré les ministres.

La Minuad a pris le 1er janvier le relais de l'Amis, la force africaine au Darfour.

Elle ne compte pour l'heure que 9.000 éléments mais doit devenir à terme la plus importante mission de maintien de la paix de l'ONU avec quelque 26.000 membres. Conçue pour être plus robuste que l'Amis, la Minuad se heurte à un manque d'hélicoptères et à des difficultés logistiques.

Des membres du Conseil de sécurité de l'ONU accusent par ailleurs Khartoum de multiplier les obstacles.

Le Soudan n'a notamment pas accepté l'inclusion dans la Minuad de certains éléments non-africains - un bataillon d'infanterie thaïlandais, deux unités de forces spéciales népalaises et l'unité du génie scandinave - jugés indispensables à son efficacité dans les premiers temps de son déploiement.

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Jean-Marie Guéhenno, a déclaré que Khartoum avait refusé définitivement l'unité scandinave proposée par la Suède et la Norvège.

La guerre civile au Darfour, une vaste région de l'ouest du Soudan, a fait 200.000 morts en près de cinq ans et quelque 2,2 millions de déplacés.

Khartoum conteste le chiffre des morts, parlant de 9.000 tués seulement.