Sauver Le Darfour dans le monde

L'armée soudanaise responsable

Presse Canadienne, 11 Janvier 2008

C'est bien l'armée soudanaise qui a attaqué mardi dernier au Darfour un convoi de la Mission des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD), blessant un chauffeur soudanais. Il s'agirait d'une erreur dont Abdel Rahim Mohammed Hussein, ministre de la Défense du Soudan, attribue la responsabilité à la MINUAD.

« L'armée n'a pas été informée de l'itinéraire du convoi et à l'approche de Tine [nord-ouest du Darfour] des soldats ont procédé à des tirs de sommation ne sachant pas qu'il s'agissait de véhicules de la MINUAD », a-t-il déclaré au quotidien indépendant Assahafa.

« Ces tirs ont été ignorés et c'est alors que les soldats ont ouvert le feu, blessant un chauffeur et endommageant un transport de troupes et un camion », a-t-il ajouté.

Les militaires soudanais ont cessé le tir lorsqu'ils ont réalisé qu'il s'agissait d'un convoi de la MINUAD et non pas d'un regroupement de rebelles.

Dans un premier temps, les autorités soudanaises avaient nié toute implication dans l'attaque, accusant les rebelles du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) d'en être les auteurs.

Il s'agit de la première attaque contre la MINUAD, une force conjointe de l'ONU et de l'Union africaine qui compte actuellement 9000 éléments. Ce chiffre devrait tripler et faire de la MINUAD la plus importante mission de maintien de la paix de l'ONU.

La MINUAD a pris le relais en janvier de la force de la mission africaine, l'AMIS, dans l'ouest du pays.

L'AMIS, qui a perdu une cinquantaine de ses éléments depuis son arrivée au Darfour à l'été 2004, n'est pas arrivée à ramener le calme dans cette région de l'ouest du Soudan où la guerre civile a fait 200 000 morts en près de cinq ans et 2,2 millions de déplacés.