Sauver Le Darfour dans le monde

Les relations américano-soudanaises pourraient se détériorer à cause d'un projet de loi pour réduire les investissements

Xinhua, 02 Janvier 2008

Les relations déjà tendues entre Washington et Khartoum pourraient empirer suite à la décision du président américain George W. Bush de réduire les investissements dans ce pays africain ravagé par les conflits, ont estimé certains analystes.

Washington a des relations tendues avec Khartoum depuis les années 1990 lorsque l'administration américaine a imposé des sanctions économiques à ce pays africain, l'accusant de mener un " génocide" au Darfour. Le gouvernement soudanais a rejeté cette accusation.

Il n'y a pas de signe d'amélioration dans les relations bilatérales, vu que M. Bush continue à exercer des pressions sur le gouvernement soudanais en imposant des sanctions économique plus rigides qui pourraient détériorer l'économie du pays, selon les analystes.

Le projet de loi, signé lundi par M. Bush dans son ranch au Texas, encourage sans exiger que le gouvernement américain et les gouvernements locaux privent d'investissements gouvernementaux les sociétés impliquées dans quatre secteurs au Soudan, à savoir le pétrole, la production d'électricité, les industrie minière et militaire.

"Je partage profondément l'inquiétude du Congrès sur la violence continue au Darfour perpétrée par le gouvernement du Soudan et les groupes rebelles", a indiqué M. Bush dans un communiqué.

"Mon administration continuera ses efforts (...) par les sanctions contre le gouvernement du Soudan et les engagements diplomatique ainsi que le soutien au déploiment de casques bleus au Darfour", a souligné M. Bush.

La nouvelle pression économique intervient en plus des sanctions existantes contre le gouvernement de Khartoum.

Washington a accusé Khartoum de soutenir le terrorisme dans la région, avertissant qu'il y a une information crédible qu'"un groupe extrémiste" dans le pays pourrait viser les intérêts ou installations du gouvernement américain.

Mardi, un diplomate américain est mort de blessures au cours d'un échange de tirs dans la capitale soudanaise.

Le ministère soudanais des Affaires étrangères a indiqué que l'incident était "isolé et n'a pas de connotation politique ni idéologique", et a promis de traduire les criminels en justice.

Le Centre des médias du Soudan, qui a un lien proche du gouvernement, a cité un responsable du gouvernement non identifié indiquant que l'attaque était criminelle dans le motif et qu'il n'y avait aucune ombre de soupçon d'une action terroriste organisée".

Mais l'ambassade américaine à Khartoum a indiqué qu'il était trop tôt pour dire "si l'attaque était liée ou non à Al-Qaïda ou à d'autres terroristes".

Les analystes estiment que la mesure américaine peut enflammer davantage le sentiment du peuple soudanais contre les Etats-Unis. La population locale a mené plusieurs manifestations pour protester contre les sanctions américaines et l'ingérence grave dans les affaires intérieures du Soudan.